/ COOPERATION UNIVERSITAIRE

L’Université de Rennes 1 et l’Université de Lorraine ont effectué une visite en Israël, respectivement du 22 au 23 octobre 2017 et du 22 au 26 octobre 2017, afin de nouer des partenariats et approfondir la coopération universitaire existante avec le pays. Les délégations ont pu rencontrer les représentants et les chercheurs des principales universités israéliennes : le Technion, l’Institut Weizmann, l’Université de Tel Aviv, l’Université Ben Gourion du Néguev et l’Université de Haïfa.

La délégation de l’Université de Rennes 1 était composée du Professeur David Alis, Président, et du Professeur Pierre van de Weghe, Vice-président en charge des Relations internationales.

L’Université de Lorraine, représentée notamment par son Président, Pierre Mutzenhardt, et par sa Directrice des Relations internationales et européennes, Nathalie Fick, accompagnait une mission économique et scientifique organisée par la Métropole du Grand Nancy.

 

Les délégations ont visité des pôles de recherche d’excellence dans les universités israéliennes.

Par exemple, le Technion-Israel Institute of Technology (14 000 étudiants, 18 facultés, 52 centres de recherche) dispose d’une plateforme de microscopie de tout premier rang mondial. Le microscope électronique en transmission (TEM) Themis permet en effet de caractériser la structure et la composition chimique des matériaux à une résolution sub-nanométrique, c’est-à-dire à l’échelle atomique. La plateforme peut être utilisée à la fois par les scientifiques du Technion et par ceux d’entités extérieures (institutions académiques, industriels, etc.).

L’Université Ben Gurion du Neguev (BGU) est quant à elle devenue un pôle de référence sur la cyber-sécurité. Cette université est en effet installée au cœur d’un écosystème local dédié à la cyber-sécurité, incluant un Centre de recherche propre à l’Université, des entreprises spécialisées (ex. : Deutsche Telekom, IBM, etc.) et une base de l’armée qui va être implantée prochainement.

En outre, l’Université de Tel Aviv (TAU), la plus importante en Israël (30 000 étudiants), est pionnière en matière de sciences de l’environnement, qui sont traitées de façon pluridisciplinaire. Sur le campus de l’université, le bâtiment abritant la Porter School of Environnemental Studies reflète bien cette excellence : il est par exemple à 50% autonome en énergie.

Le Prof. Pierre van de Weghe note que « la plateforme de microscopie du Technion pourrait intéresser les chercheurs de l’Institut des Sciences Chimiques de Rennes » et que « la Porter School of Environnemental Studies de TAU est très proche de l’Observatoire des Sciences de l’Univers de Rennes (OSUR) ». Il en va de même avec le pôle cyber-sécurité au sein de BGU, qui présente de nombreuses similitudes avec le Pôle d’excellence cyber, dont fait partie Rennes 1.

Sur cette dernière thématique, les compétences du Technion intéressent particulièrement l’Université de Lorraine, dont le Laboratoire lorrain de recherche en informatique et ses applications (Loria) est bien positionné sur cette thématique.

 

Suite à la visite, de premières avancées en termes de coopération avec les universités rencontrées sont déjà perceptibles.

Concernant l’Université de Rennes 1, un accord-cadre pourrait être mis en place avec BGU. En se basant sur les contacts interpersonnels déjà existants entre les chercheurs des deux universités, le Prof. Pierre van de Weghe « souhaiterait pouvoir construire un partenariat solide et basé sur plusieurs dimensions avec BGU ». De plus, l’Université de Rennes 1 a la volonté d’avancer sur le volet « environnement » avec TAU, par exemple en incluant cette université dans une proposition de projet Erasmus + Mobilité Internationale de Crédit pour Israël en thématisant autour des sciences de l’environnement.

S’agissant de l’Université de Lorraine, un Memorandum of Understanding (MoU) a été signé avec BGU. De plus, compte-tenu des coopérations déjà existantes entre les chercheurs des deux universités, un MoU est en cours de préparation pour officialiser la coopération avec l’Université de Haïfa. Enfin, un accord-cadre et un accord de coopération scientifique en vue de dépôts de dossiers H2020 et de projets Erasmus+ MIC pourraient être mis en place avec le Technion.

En conclusion, les deux universités françaises ont pu rencontrer des interlocuteurs de haut niveau dans de nombreuses universités de recherche israéliennes. Les visites devraient déboucher sur un renforcement des coopérations universitaires. Les délégations ont notamment éprouvé un intérêt particulier pour la thématique « cyber-sécurité », domaine d’excellence à la fois en France et en Israël.

Rédaction : Etienne Charbit