Appel à projets – La Méditerranée mise à l’honneur

Appel à projets – La Méditerranée mise à l’honneur

ENVI-Med lance son appel à projets pour soutenir la recherche et le développement liés à la compréhension du bassin méditerranéen.

Le bassin méditerranéen inspire de nombreuses recherches scientifiques notamment liées au changement climatique. Les problématiques soulevées questionnent l’évolution des écosystèmes, le bilan énergétique, l’interaction des acteurs socio-économiques et également ses conséquences sociétales.

Le programme ENVI-Med encourage ces recherches en lançant en avril 2015 un appel à projets de recherche. Ainsi sur 2 années, les équipes françaises sont invitées à travailler en collaboration avec leurs partenaires étrangers européens et non-européens.

Le texte complet de l’appel à projets est disponible en ligne : http://www.mistrals-home.org

Map_Mediterranean_Sea

ENVI-Med en bref

Le programme régional ENVI-Med est une initiative de la coopération française destinée à renforcer les collaborations scientifiques et technologiques de haut niveau. Le programme s’attelle également à mettre en réseau des acteurs travaillant sur le développement durable et la compréhension du fonctionnement environnemental du bassin méditerranéen.

Traiter l’autisme : au delà des gènes et de la psychanalyse

digital flyer ben ari3

Traiter l’autisme : au delà des gènes et de la psychanalyse
Une conférence animée par Yehezkel Ben-Ari
Directeur de recherche émérite à l’INSERM et Président de Neurochlore

“L’autisme inclut une large variété de syndromes hétérogènes qui « naissent » tôt : in utéro ou pendant la naissance. Pour essayer de comprendre et traiter l’autisme, il y ‘a une approche génocentrique qui considère que c’est une maladie génétique et que la détermination des mutations va permettre de comprendre et traiter la maladie. Pour l’autre, que je vais expliciter, les centaines de mutations identifiées ne vont pas permettre de traiter ni même de comprendre car la mutation –comme les agressions de l’environnement comme les pesticides – altèrent le développement cérébral et c’est cela qui est la cause in fine de la maladie. Je vais illustrer l’importance de l’activité cérébrale du cerveau immature, comment il est modifié par des agressions et pourquoi la compréhension et le traitement de l’autisme est conditionné par la détermination du développement du cerveau et comment il est dévié par des mutations génétiques. Je vais illustrer notamment l’importance de l’accouchement –processus complexe et crucial- qui soulève des questions majeures de santé publique concernant les prématurés et les Césarienne programmées- mais aussi nos observations récentes montrant qu’un diurétique qui restore l’inhibition cérébrale pourrait constituer un traitement de l’autisme. Nous avons récemment conduit des essais cliniques montrant qu’un diurétique améliore le syndrome autistique (54 enfants, essai double aveugle) et un large essai approuvé par les autorités Européennes est en cours dans 6 centres en France.

Le message à retenir est que tout ce qui pendant la grossesse peut altérer le processus maturatif peut contribuer à la pathogénicité de l’autisme. Ce chemin est décrit dans un livre que nous venons de faire paraître : 

Y Ben-Ari, E Lemonnier et N Hadjikhani : traiter l’autisme au delà des gènes et de la psychanalyse

La robotique médicale mise à l’honneur à Tel Aviv

La robotique médicale mise à l’honneur à Tel Aviv

75 experts en robotique médicale se sont retrouvés à Tel Aviv le 23 mars 2015 pour discuter et mettre en avant de possibles collaborations entre les institutions françaises et israéliennes.

75 experts ont participé au symposium

75 experts ont participé au symposium

Comment opérer un patient en réduisant au maximum les dommages collatéraux, tels que l’incision de la peau ? Quelles solutions pour réduire les risques liés aux interventions chirurgicales du cerveau ou de la colonne vertébrale ? Comment former les chirurgiens à ces nouvelles pratiques ? Les solutions sont-elles viables en termes de coûts et de durée d’intervention ?

Autant de questions soulevées lors du symposium HCST Medical Robotics.a robotique médicale est un champ interdisciplinaire qui mêle savoir-faire de l’ingénierie robotique et connaissances en médecine. Des laboratoires en France comme en Israël travaillent sur les différentes solutions utilisant la robotisation pour une médecine plus sûre, plus précise et plus efficace. Ces laboratoires ont envoyés leurs représentants à Tel Aviv le 23 mars 2015 à l’occasion du symposium HCST Medical Robotics. De nombreuses approches innovantes ont été discutées : la robotisation des actes médicaux comme la chirurgie mais aussi l’aide à la réhabilitation grâce à des robots motorisés. Suite à cet événement, des collaborations franco-israéliennes sont en cours de discussions.

David Harari, président israélien du HCST

David Harari, président israélien du HCST

Lors de sa présentation, Yair Barzilay, du centre médical de Shaare Zedek, a présenté un outil robotisé permettant des opérations très précises de la colonne vertébrale. Lors de ces interventions à proximité immédiate des nerfs, des poumons et de la moelle épinière, les robots apportent une précision d’exécution et une sécurité pour les patients. De son coté, Eric Stindel, chercheur et chirurgien au CHU de Brest, a discuté de la viabilité d’un outil qui améliore la précision des interventions du genou. Pour que le projet puisse être mis en place dans les hôpitaux, il faut que l’équipement soit à un prix modéré, et qu’il permette une réduction du temps d’intervention.

En France et en Israël, on observe un vieillissement de la population. Ce phénomène entraine une hausse du nombre de fractures liées à des chutes. En réponse à ce constat, une réhabilitation adaptée et plus efficace dois être développée. Les robots apportent déjà des éléments de réponse. Présents au symposium HCST Medical Robotics, les chercheurs de l’Université de Ben Gurion du Néguev en Israël et de l’Université Pierre et Marie Curie de France, ont exposé leurs recherches utilisant la robotique pour mieux comprendre les mécanismes permettant une réhabilitation efficace et durable. Par exemple, des bras articulés et motorisés sont conçus pour améliorer la réhabilitation en guidant les gestes.

La délégation en visite à l'université de Ben Gourion du Neguev

La délégation en visite à l’université de Ben Gourion du Neguev

Au total, huit scientifiques français ont fait le déplacement jusqu’en Israël pour l’occasion. Ils ont pu échanger avec leurs homologues israéliens, qui étaient venus nombreux le matin, écouter les présentations. Le 24 mars, l’Université de Tel Aviv et l’université de Ben Gurion du Néguev ont ouvert leurs portes à cette délégation. Au cours des visites, les chercheurs français ont pu tester eux-mêmes les équipements.

La coopération scientifique franco-israélienne : un conseil et des scientifiques

En soutien, le Haut Conseil pour la Science et la Technologie (HCST) orchestre les collaborations scientifiques entre la France et Israël depuis plus de dix ans. Ilana Lowi, directrice des relations internationales du Ministère israélien de la Science, de la Technologie et de l’Espace, a précisé que la coopération scientifique entre la France et Israël bénéficie d’un long historique et s’est présentée sous différents noms avant la création du HCST. Depuis 2003, le HCST a financé des dizaines de projets scientifiques sélectionnés par un jury d’experts. David Harari, président de ce conseil binational, a profité de cet événement pour encourager les chercheurs de France et d’Israël à travailler ensemble au développement de solutions à des challenges communs. En ouverture du symposium HCST Medical Robotics, l’Ambassadeur de France en Israël a mis en avant l’importance des chercheurs qui sont les premiers acteurs de la coopération scientifique entre la France et Israël.

Concrètement, un appel à projets est prévu d’être publié en juin 2015 encourageant les scientifiques israéliens et français à présenter des projets de recherches communs pour les années 2016 et 2017. Trois projets seront retenus sur le thème de la robotique médicale et seront financés jusqu’à 80 000€ par année.

Appel à candidatures : L’INRA recrute 30 chercheurs

INRA_30Ch_2015L’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA – France) recrute 30 chercheurs, de toute nationalité, par voie de concours ouvert du 29 janvier au 2 mars 2015.

L’INRA est un organisme public de recherche scientifique finalisée, réunissant plus de 10 000 agents sur l’ensemble du territoire national. Premier institut de recherche européen pour les sciences de l’animal et du végétal, ses recherches concernent les questions liées à l’agriculture, à l’alimentation et à la sécurité des aliments, à l’environnement et à la gestion des territoires, avec un accent tout particulier en faveur du développement durable.

En 2015, l’INRA renforce ses équipes de recherche afin d’accomplir ses différentes missions et de contribuer à l’excellence scientifique en agriculture, alimentation et environnement.

Quelle que soit leur discipline de formation, les chercheurs s’appuient sur des activités de laboratoire ou de “terrain”. Impliqués dans des réseaux scientifiques, ils répondent à des questions environnementales, économiques, sociales. Ils découvrent et font naître des applications concrètes, utiles à la société. Recherche personnelle et projet collectif s’imbriquent alors étroitement pour faire progresser les connaissances et pour participer au développement de l’innovation, qu’il s’agisse de produire durablement, de préserver l’environnement ou d’améliorer l’alimentation humaine.

Le recrutement s’effectue, en règle générale, parmi les chercheurs débutants ayant soutenu une thèse depuis peu. Les candidats sont recrutés pour leurs compétences scientifiques qu’ils mettront au service des grandes orientations de l’Inra en répondant à une thématique de recherche. Les candidats doivent avoir valorisé les résultats de leur thèse par des publications.

Toutes les informations utiles pour candidater (profils d’emploi, guide du candidat, dossier d’inscription) sont disponibles sur le site de l’INRA.

Télécharger l’appel à candidatures ici.

Pour toute question, écrivez à  : concours_chercheurs@paris.inra.fr.

Inscription au bac général session 2015

Bac

Pour les élèves de Terminale

Le registre des inscriptions au baccalauréat général session 2015 est ouvert jusqu’au

mardi 18 novembre 2014 à 17 h 00.

Tarif : 1 000 NIS

Pour les élèves de Première

Le registre des inscriptions aux épreuves anticipées du baccalauréat général session 2015 est ouvert

du lundi 24 novembre au lundi 15 décembre à 17h00.

Tarif : 400 NIS

Rendez-vous et inscription auprès de :

Esther LEVY – 03-796-8035

e.levy@ambfr-il.org 

Institut français d’Israël

Sdérot Rothschild 7

66881 Tel-Aviv

Festival Utopia du Film de Science-Fiction

Amateurs de films fantastiques et de science-fiction, réjouissez-vous ! Le Festival Utopia ouvre de nouveau ses portes à Tel Aviv, du 13 au 20 septembre.

festheader_2014_e

Au programme : une quarantaine de films, entre classiques (Alien, de Ridley Scott) et nouveautés (The Zero Theorem, de Terry Gilliam), des conférences sur les nouvelles technologies et la pop-culture et un marathon de stand-up.

L’Institut français de Tel Aviv s’associe à cet événement unique en invitant le professeur Jean-Paul Laumond à participer à la conférence Robots in Human Society, qui se tiendra le lundi 15 septembre de 17 à 20h à la cinémathèque de Tel Aviv.

Une conférence à ne manquer sous aucun prétexte pour tous ceux qui souhaitent en savoir plus sur le rôle et la place des robots dans notre société.

Pour s’inscrire à la conférence Robots in Human Society, c’est ici.

Pour découvrir le programme complet du Festival Utopia, c’est ici.

L’INRA recrute 49 chercheurs internationaux

Être chercheur à l’Inra c’est contribuer à des recherches de haut niveau, au service de la société, faire progresser les connaissances et participer au développement de l’innovation pour produire durablement, préserver l’environnement et améliorer l’alimentation humaine. L’Inra recrute par concours des chercheurs confirmés, ayant l’expérience de la définition et de la mise en œuvre de projets de recherche.

Calendrier

  • Ouverture des inscriptions : 30 juin 2014
  • Clôture des inscriptions : 1er septembre 2014
  • Admissibilité : octobre / novembre 2014
  • Admission : novembre / décembre 2014
  • Prise de fonction : à compter de janvier 2015

6 chargés de recherche (CR1) sur projet

Ces recrutements sont ouverts :

  • soit aux candidats réunissant 4 années d’exercice des métiers de la recherche et titulaires d’un doctorat (ou équivalent),
  • soit aux candidats justifiant de travaux scientifiques équivalents.

Les axes de recherche sur lesquels les projets des candidats doivent porter sont l’alimentation, l’agriculture ou l’environnement.

43 directeurs de recherche (DR2) sur projet

Ces recrutements sont ouverts :

  • soit aux candidats appartenant à l’un des corps des Chargés de recherche et justifiant, à la date de clôture des inscriptions, de 3 ans d’ancienneté dans le grade des Chargés de recherche de 1ère classe (CR1)
  • soit aux candidats réunissant 8 années d’exercice de la recherche et titulaires d’un doctorat (ou équivalent),
  • soit aux candidats justifiant de travaux scientifiques jugés équivalents.

Les axes de recherche sur lesquels les projets des candidats doivent porter sont :

  • l’agronomie et l’environnement, les sciences économiques et sociales, les sciences du numérique,
  • la nutrition humaine, la sécurité des aliments et le génie des procédés,
  • l’écologie, la santé animale et végétale,
  • la génétique et la physiologie animale et végétale,
  • la gestion de la recherche.

Plus d’informations : http://jobs.inra.fr ou concours_chercheurs@paris.inra.fr

Retour de mission – L’innovation à la française

Voilà maintenant sept jours que le campus d’innovation de Minatec, situé à sur le site du CEA-Grenoble, n’a plus de secret pour les 14 participants au voyage scientifique organisé par l’Ambassade de France en Israël. Après avoir brillamment accompli leur mission de découverte, les scientifiques, universitaires et journalistes qui avaient fait le déplacement s’apprêtent à poursuivre les échanges débutés avec les équipes grenobloises.

Le programme des visites, articulé autour des thématiques nouvelles énergies, technologies de l’information et santé, a suscité la curiosité de l’ensemble des membres la délégation, pourtant venus d’horizons variés.

La visite du superbe showroom présentant de manière concrète et visible les travaux des laboratoires de Minatec a permis d’illustrer le large éventail d’applications industrielles du centre. Les maquettes de démonstration de matériaux intelligents, de miniaturisation, de transmissions sans contact ou encore de récupération d’énergie ont agi comme des « catalyseur d’idées » et ont permis aux Israéliens de mesurer l’étendue des compétences du centre allant de l’habitat au transport en passant par les loisirs numériques. Un panel de possibilités et une capacité de transfert technologique impressionnants, quasi uniques en Europe.

GROUPE

Réception à la Mairie de Grenoble

Les projets du CEA-LITEN, le laboratoire d’innovation pour les technologies des énergies nouvelles, en ont convaincu plus d’un. La plateforme complète de production de batteries, qui permet d’assurer un suivi depuis la création de nouveaux matériaux jusqu’à l’intégration de batteries dans des véhicules électriques commercialisés, est un véritable atout pour le centre français et a séduit la délégation, prête à poursuivre les collaborations. Le centre rassemble en effet les compétences et les équipements lourds permettant de développer d’un savoir-faire sur toutes les thématiques liées à l’électrification du véhicule : stockage, générateur électrique, gestion de l’énergie et électronique de puissance. Cet outil de R&D unique en Europe par sa taille et par l’étendue de son activité est largement ouvert aux collaborations industrielles.

Même impression pour le centre Clinatec dont la capacité d’innovation n’est plus à prouver. Ce centre de recherche clinique doté d’impressionnants équipements, unique au monde, est le seul capable d’imaginer des traitements et méthodes de diagnostics et d’investigations physiopathologiques innovants, et d’accélérer leur preuve de concept. La proximité entre des médecins, des biologistes et des spécialistes en micro-nanotechnologies et électronique y est pour quelque chose dans la réussite du site. Deux projets phares de Clinatec ont retenu l’attention de la délégation : une interface cerveau-machine capable de rendre l’usage de leurs membres à des personnes paralysées via un implant cérébral et un outil de biopsie minimalement invasif qui permet de prélever des protéines ciblées par simple contact avec les tissus cérébraux et d’affiner le diagnostic et le traitement associé.

IMG_22671

Visite des salles blanches du CEA-Leti

Le dernier site visité, et non des moindres, a impressionné la délégation tant par les investissements dont il a bénéficié que par sa configuration unique. En effet, les plateformes MOS et MEMS du CEA-LETI, laboratoire d’électronique et de technologies de l’information, possèdent plus de 6500m² de salles blanches dédiées à la création de nouvelles applications de micro et nanotechnologies. Les 450 employés des plateformes assurent la réalisation de projets de recherche jusqu’au prototypage 7 jours sur 7 et 24h sur 24. La connexion, en 2010, des deux plateformes par un funiculaire ultra-propre, sorte de salle blanche mobile, a permis d’accroître considérablement l’efficacité du centre.

Dernière bonne découverte de ce voyage : la rencontre avec une vingtaine de chefs d’entreprises et de start up de la région en quête de collaboration industrielle et universitaire ou coopérant déjà avec Israël. La puissance d’innovation de ce petit territoire français semble parfaitement s’adapter aux méthodes et ambitions de la start up nation. Et il y a fort à parier que les relations franco-israéliennes dans les domaines de l’énergie, de la santé et des technologies de l’’information n’en sont qu’à leurs débuts…

Les sciences à l’honneur au Collège français Marc-Chagall de Tel Aviv

Vendredi dernier, le Collège français Marc-Chagall (Tel Aviv) fêtait sa désormais traditionnelle “Fête des Sciences“. L’occasion pour les élèves du Collège de présenter à leurs camarades venus des autres établissements franco-israélien du pays (Collège des Frères de Jaffa, Collège Mikvé-Israël et Lycée français de Jérusalem) leurs réalisations : des expériences ludiques et pleines d’enseignements autour du thème de l’énergie. L’Ambassade de France en Israël était également de la partie, représentée par Coralie Ebert et Hanna Bueno . Les deux jeunes Volontaires internationales avaient fait le déplacement depuis leur laboratoire de rattachement (respectivement à l’Institut Weizmann et à l’Université de Tel Aviv) pour animer un stand d’expériences et de quizz à destination des enfants. Ces derniers ont ainsi pu découvrir le fonctionnement d’une éolienne ou s’initier à la constitution d’un réseau électrique à l’aide de… pâte à modeler. La matinée s’est achevée dans la bonne humeur par la remise de prix aux élèves ayant réalisé les expériences les plus originales. Jacques Baudier, Attaché de coopération scientifique et universitaire de l’Ambassade, en a profité pour féliciter tous les scientifiques en herbe qui avaient pris part à cette journée pas comme les autres.

Continue reading

Voyage scientifique sur le campus d’innovation de Grenoble

Quatorze personnalités universitaires, scientifiques et journalistiques israéliennes ont été conviées à participer à un voyage scientifique unique sur la presqu’île de Grenoble. Du 9 au 12 juin, ils visiteront les installations du campus d’innovation GIANT et de Minatec, se rapprocheront des équipes de l’Université Joseph Fourier et découvriront plusieurs initiatives innovantes de la région rhône-alpine.

Dans une volonté de renforcer les coopérations entre la France et Israël, l’Ambassade de France en Israël organise un voyage scientifique pour une délégation israélienne dans l’un des centres de recherche les plus novateurs en France : le campus d’innovation Minatec. L’objectif premier de cette visite est d’améliorer la notoriété des pôles d’excellence scientifiques français, souvent méconnus du public israélien. Le campus d’innovation Minatec semblable, dans sa structure alliant recherche, enseignement et industrie, à une université israélienne apparaît comme le meilleur ambassadeur pour séduire un public scientifique et étudiant israélien en quête d’expériences internationales.

MINATECLa délégation israélienne, composée de représentants d’universités, de scientifiques, de responsables de programme de collaboration et de journalistes, visitera les laboratoires les plus innovants de Minatec autour des thématiques Santé, Énergie et Technologies de l’Information : CEA-Liten, CEA Leti, Clinatec, etc.
L’ensemble de ces thématiques seront également abordées sous l’angle industriel par la visite de start-up dans le domaine des nouvelles énergies, notamment SymbioFCell, et grâce à la rencontre avec une quinzaine de chefs d’entreprise de la région Rhône-Alpes. La présence attendue d’acteurs majeurs de la région, comme Air Liquide, Schneider Electric, Tennerdis ou encore Mineralogic, apportera au voyage le volet économique et innovant nécessaire pour valoriser la France comme terre d’innovation technologique et d’investissement.

Pour finir, la délégation rencontrera la présidence de l’Université Joseph Fourier pour envisager le développement de partenariats scientifiques et d’échanges d’étudiants entre les deux pays. Un accord bilatéral existe déjà entre l’université française et le Technion mais la présence de représentants de toutes les universités israéliennes permettra, sans nul doute, de stimuler de nouveaux contacts.

****

I24 NEWS. L’invité du Grand Direct – Jacques Baudier, Attaché scientifique, Ambassade de France.