Hommage à Marceline Loridan-Ivens

/ CINEMA

Hommage à Marceline Loridan-Ivens
Du 15 au 26 septembre 2019
Cinémathèque de Jérusalem

marceline

En cette rentrée de septembre, la cinémathèque de Jérusalem, avec le soutien de l’Institut français d’Israël, programme 8 films, courts et longs métrages, en hommage à la cinéaste française Marceline Loridan-Ivens. Cette programmation nous permettra de plonger dans l’univers d’une femme engagée, militante, passionnée et furieusement vivante qui, rescapée d’Auschwitz, n’a eu de cesse jusqu’à sa mort l’année dernière d’apporter son témoignage sur la Shoah.

Le cinéma, c’était l’arme de Marceline Loridan-Ivens pour lutter contre ses souvenirs et ses fantômes. A l’écran, le temps d’une longue séquence du film Chronique d’un été de Jean Rouch et Edgar Morin, elle raconte pour la première fois son histoire, celle d’une jeune fille de 14 ans déportée à Auschwitz avec son père qui lui n’est jamais revenu. C’était en 1961, un moment heureux d’amnésie silencieuse pour Marceline Loridan. Mais c’est surtout derrière la caméra que la survivante des camps de la mort a signé un pacte avec la vie, le présent et les grandes causes de sa génération. Un pacte d’amour aussi avec le grand documentariste Joris Ivens qui deviendra son mari.

Ensemble, ils partiront tourner Le 17ème parallèle : la guerre du peuple , s’installant sur la ligne de front en pleine guerre du Vietnam. Ils plongeront ensuite dans la révolution culturelle chinoise où ils tourneront près de 14 films, longs et moyens métrages, rassemblés sous le titre onirique « Comment Yukong déplaça des montagnes ». Dans ces moments intenses, Marceline ne se sentait pas nécessairement en pays étranger. La guerre, la survie, la révolte faisaient partie d’elle. Écrasée par l’histoire, elle avait maintenant le sentiment de peser sur elle

En 2003, Marceline Loridan-Ivens exhume son passé en retournant à Birkenau, ce camp où on a voulu qui sa mort, pour le tournage de La petite prairie aux bouleaux. L’héroïne s’exclame du haut d’un mirador abandonné : « Je suis en vie ! ». C’est le cri inoubliable de Marceline Loridan-Ivens qui nous a quittés l’année dernière, à la fin d’une vie férocement « balagan ».

/ LES FILMS
La petite prairie aux bouleaux  (2002) (film d’ouverture) – Une discussion portant sur Marceline Loridan-Ivens se tiendra en début de projection
L’épouse du vent (1998) et Une histoire de vent (1989) – Discussion avec la rélisatrice Daniela Schulz
Chronique d’un été (1961) et Algérie, année zéro (1962) – Discussion avec le réalisateur Jean-Pierre Sergent
La vie balagan de Marceline Loridan-Ivens (2018) et Une histoire de ballon, Lycée N°31 Pekin (1976) – Discussion avec le réalisateur Yves Jeuland
Le 17e parallèle : La guerre du peuple (1968)

 

UN ÉTÉ DE CINÉMA ISRAÉLIEN – EN FRANÇAIS – 3e édition

/ CINEMA

“Un été de cinéma israélien – En français” – #3

Du 18 août au 11 septembre 2019 
Cinémathèque de Tel Aviv

Un été de cinéma83_800x350

L’Institut français d’Israël et l’Israel Film Fund, en partenariat avec la cinémathèque de Tel Aviv, la Fondation Rabinovich, et la Municipalité de Tel Aviv-Yafo, proposent pour la troisième année consécutive « Un été de cinéma israélien – en français » !

Quatre films israéliens tous sortis en 2018 ou en 2019, en version originale sous-titrée en français seront programmés cet été à partir du 18 août à la Cinémathèque de Tel Aviv. L’occasion pour les francophones, qu’ils soient résidents ou touristes, et pour tous les amoureux du cinéma et de la langue française, de découvrir ou redécouvrir, l’actualité du cinéma israélien.

Chaque film, à sa manière et dans le langage choisi par le réalisateur, raconte des situations réalistes ou cocasses issues d’un vécu social propre à Israël et constitue une clé d’appréhension, à travers le cinéma, de la société israélienne, dans toute sa richesse et sa complexité. L’armée, le harcèlement, le couple et le cinéma font partie des thématiques abordées par les films sélectionnés.

/ LES FILMS

« Tel Aviv On Fire » de Sameh Zoabi (2019)
« Working Woman » de Michal Aviad (2018)
« Un havre de paix » de Yona Rozenkier (2018)
« Echo » d’Amikam Kovner et Assaf Snir (2018)

Un été de cinéma_3_frise de logos_2lignes

“Baktana – Lazuz” au International Fringe Festival 2019

/ SPECTACLE DE RUE

“Baktana” au International Fringe Festival 2019

Mardi 23 juillet, 19h30 et 20h30
Mercaz ha’Tseirim -12 rue Herzl, Beer Sheva

upld5ce157800de46332202548Du 23 au 25 juillet 2019 se tiendra le Festival International Fringe à Beer Sheva : 3 jours de performances musicales, spectacles pour toute la famille, cirque de rue et plus encore. Avec le soutien de l’Institut français d’Israël, la compagnie française Laluz présentera son spectacle “Baktana”. 

Baktana est une lucarne ouverte sur une rencontre entre deux hommes qui est loin d’aller de soi… L’un, jongleur obsédé par son monde d’objets volants, communique en manipulant ses massues. L’autre, acrobate, s’exprime à travers le mouvement. De malentendus en questionnements, leur curiosité les amène à une rencontre muette, de laquelle émane l’envie d’aller vers l’autre.

batkana1 72 dpi

Ph. Cie Baktana crédits : Frederic David

ENTREE LIBRE !

Fringe_logo

Cours de français intensif

/ COURS DE FRANCAIS
Cours intensifs d’été pour les adultes et les enfants

A partir du 1er septembre à l’Institut français de Tel Aviv

Campagne été_v3_banner350x800

Profitez de l’été pour apprendre le français ! Dans les Instituts français de Tel Aviv et de Haïfa, retrouvez nos professeurs de langue maternelle française, qui accompagneront petits et grands pour des cours intensifs de français cet été !

A Tel Aviv

Les cours s’adressent aux adultes et aux enfants entre 7-11 ans et aux adolescents entre 12-14 ans et sont proposés pendant les mois de juillet, août et septembre.

Du dimanche au jeudi
Le matin (9h-12h) ou le soir (19h-22h)*
20 rencontres de 3h pendant 4 semaines

*Les cours pour les enfants sont proposés le matin uniquement

Trois sessions intensives cet été : 
Du 1er au 28 juillet 2019
Du 4 au 29 août 2019
Du 1er au 26 septembre 2019

A Haïfa

Les cours s’adressent aux adultes.

Du dimanche au jeudi
5 fois par semaine de 9h à 12h

Une session du 14 juillet au 8 août 2019

Rétrospective Moshé Mizrahi

/ CINEMA

Rétrospective Moshé Mizrahi
A partir du 25 juin 2019
Cinémathèques de Tel Aviv, Jérusalem, Haïfa, Herzliya et Sderot
800 x 350

Les cinémathèques de Tel Aviv, Jérusalem, Haïfa, Herzliya et Sderot rendent hommage au réalisateur et scénariste israélien Moshé Mizrahi décédé en août 2018 en proposant une rétrospective de ses films, pour certains dans une version restaurée, avec l’aide de TF1 Studio et le soutien de l’Institut français d’Israël.

Moshé Mizrahi a fait tourner de grands noms du cinéma français, comme Bernadette Lafont, Claude Rich, Simone Signoret, Jean Rochefort, Jacques Dutronc, Pierre Richard, Jacques Villeret, ou Bernard Blier. Le pôle catalogue de TF1 Studio qui administre les droits cinémas de 1000 films dont certains de Moshé Mizrahi a naturellement voulu soutenir l’initiative des cinémathèques israéliennes en apportant son concours au processus de restauration de trois des films présentés – « Les Stances à Sophie », « Une jeunesse », « Le Client de la morte saison » – en coopération avec les Archives Israéliennes du Cinéma – Cinémathèque de Jérusalem.

/ LES FILMS

le client de la morte saison 800 x 350
LE CLIENT DE LA MORTE SAISON (1970)
Tel Aviv 6/7, 14h, Jérusalem 6/7, 19h, Sderot 10/7, 20h30
Avec Hans Christian Blech, Claude Rich
Comédie Dramatique – 1h30
En Israël, un jeune Français occupe une chambre dans un hôtel qui appartient à un ancien nazi obsédé par son passé…
Nommé aux Golden Globe 1971 dans la catégorie Meilleur film en langue étrangère

les stances a sophie 800 x 350
LES STANCES A SOPHIE (1971)
Tel Aviv 7/7, 21h, Jérusalem 1/7, 18h, Sderot 31/7, 21h15, Haïfa 14/7, 20h15

Avec Micha Bayard, Bernadette Lafont, Michel Duchaussoy
Comédie Dramatique – 1h37
Céline, une jeune fille aux idéaux hippies, épouse Philippe, un homme d’affaires. Mais la vie tranquille d’un couple bourgeois n’est décidément pas pour elle…

rosa je t aime 800 x 350
ROSA JE T’AIME (1972)
Tel Aviv 5/7, 14h, Jérusalem 9/7, 18h, Herzliya 28/8, 21h, Sderot 17/7, 20h30, Haïfa 9/7, 20h

Avec Michal Bat-Adam, Gabi Otterman, Joseph Shiloach
Comédie Dramatique – 1h12
A la fin du siècle dernier, Rosa vit dans le vieux Jérusalem. Elle recueille chez elle le jeune frère encore adolescent de son mari, qu’elle devra plus tard épouser selon la tradition.
Nommé aux Oscar 1973 dans la catégorie Meilleur film étranger
3 nominations au Festival de Cannes 1972 (Grand prix, Prix du jury et Prix de la mise en scène)

la maison de la rue chelouche 800 x 350
LA MAISON DE LA RUE CHELOUCHE (1973)
Tel Aviv 8/7, 18h, Jérusalem 25/6, 18h30, Herzliya 20/7, 18h, Sderot 24/7, 19h30, Haïfa 12/7, 16h

Avec Gila Almagor, Ofer Shalhin, Michal Bat-Adam
Comédie Dramatique – 1h50
L’arrivée d’une famille sépharade d’Alexandrie en 1946 en Israël pendant des années décisives pour la création de l’Etat et l’histoire d’un adolescent de l’époque, de ses rapports avec sa mère, de leur installation dans un faubourg de Tel-Aviv.
Nommé aux Oscar 1974 dans la catégorie Meilleur film étranger

les fille a papa 800 x 350
LES FILLES A PAPA (1974)
Tel Aviv 9/7, 19h, Jérusalem 11/7, 21h30, Herzliya 17/7, 20h

Avec Shaike Ophir, Zaharira Harifai, Joseph Shiloach
Drame – 1h33
4 nominations au Festival de Cannes 1974 (Grand prix, Prix du jury, Prix du jury œcuménique et Grand Prix International du Festival)

la vie devant soi 800 x 350
LA VIE DEVANT SOI (1977)
Tel Aviv 17/7, 20h, Jérusalem 8/7, 20h30

Avec Simone Signoret, Geneviève Fontanel, Abder El Kebir
Comédie dramatique – 1h35
L’histoire de Mme Rosa, vieille habitante de Belleville, et de ses protégés, les mômes, dans un milieu difficile ou Arabes, Noirs, Juifs se côtoient.

Oscar du Meilleur film étranger en 1978
César de la Meilleure actrice pour Simone Signoret
Nommé pour le Golden Globes du Meilleur film en langue étrangère en 1978

chère inconnue 800 x 350
CHERE INCONNUE (1979)
Tel Aviv 18/7, 20h, Jérusalem 4/7, 18h, Herzliya 8/8, 20h30

Avec Delphine Seyrig, Simone Signoret, Jean Rochefort
Drame – 1h40
Louise, dévouée à son frère paraplégique, souffre cependant de sa solitude affective. Elle passe une petite annonce dans un journal local, mais c’est un frère qui, sans le savoir, lui répond.
Nommé aux Césars 1981 dans la catégorie Meilleure actrice dans un second rôle pour Delphine Seyrig

une jeunesse 800 x 350
UNE JEUNESSE (1983)
Tel Aviv 14/7, 21h, Jérusalem 20/7, 21h30

Avec Patrick Norbert, Ariane Lartéguy, Jacques Dutronc
Comédie dramatique – 1h40
L’itinéraire d’un jeune couple en marge, entre la France, la Suisse et l’Angleterre.

everything we say goodbye 800 x 350
EVERY TIME WE SAY GOODBYE (1986)
Tel Aviv 22/7, 19h, Jérusalem 15/7, 18h

Avec Tom Hanks, Cristina Marsillach, Benedict Taylor
Romance – 1h38
Pendant la seconde guerre mondiale, un aviateur américain qui sert dans la Royal Air Force se trouve à Jérusalem. Il tombe amoureux de Sarah, une jeune juive sépharade, qui partage son sentiment. La famille de cette dernière ne voit pas d’un très bon œil cette relation naissante…

mangeclous 800 x 350
MANGECLOUS (1988)
Tel Aviv 11/7, 18h30

Avec Pierre Richard, Jacques Villeret, Bernard Blier
Comédie dramatique – 1h58
Mangeclous, Saltiel, Salomon, Mattathias et Michael sont juifs, francais, naïfs, et surtout bons à rien. Ils reçoivent un chèque et une carte, sensé les aiguiller dans une recherche au trésor.

warburg 800 x 350
WARBURG : UN HOMME D’INFLUENCE (1992)
Tel Aviv 12/7, 13h, Jérusalem 16/7, 18h

Avec Sam Waterston, Julian Glover
2h30
L’un des Warburgs – une famille de riches banquiers juifs allemands – émigre en Grande-Bretagne juste avant la Seconde Guerre mondiale. Une mini-série en trois parties.

Femmes 800 x 350
FEMMES (1996)
Tel Aviv 23/7, 19h, Jérusalem 13/7, 21h30, Herzliya 28/8, 21h, Sderot 17/7, 20h30, Haïfa 9/7, 20h

Jérusalem au début du siècle. L’empire ottoman (Les Turcs) occupe la Palestine, Juifs, Arabes et Chrétiens vivent côte à côte dans un esprit de tolérance mutuelle. Un rabbin célèbre pour sa sagesse et son érudition est marié depuis 14 ans à Rebecca. Leur union n’a cependant engendré aucun enfant. Par amour pour son mari, et afin de lui assurer une progéniture, elle s’inspire de la Thora pour le convaincre de prendre une seconde épouse, qu’elle lui choisit, et qui pourra lui donner une descendance. Jacob se marie donc en grande pompe une seconde fois avec Sultana, une belle et jeune femme de 18 ans. Mais Rebecca sent qu’elle s’est piégée elle-même, car elle est dévorée par le démon de la jalousie, et cette union à trois est vouée à l’échec.

week end en galilee 800 x 350
WEEK-END EN GALILEE (2007)
Tel Aviv 13/7, 14h, Jérusalem 10/7, 18h

Avec Hanna Meron, Oded Teomi, Sharon Alexander
Comédie dramatique – 1h33min
Avner, professeur d’arts réputé et sa jeune épouse Ilana, viennent visiter la ferme familiale dirigée par Rachel et Shouki (ses enfants d’un premier mariage) et Menahem (le frère de sa défunte première épouse). Avner est souffrant. Rachel appelle Joel, un médecin et ami de la famille. Joel et Ilana entretiennent une relation secrète. Menahem est amoureux d’Ilana et Rachel a des sentiments pour Joel. Le film, inspiré de la pièce Oncle Vania de Tchekhov, est avant tout une histoire israélienne.

Christian Lequesne

/ CONFERENCE

L’Union européenne échappera-t-elle à la désintégration ? – Christian Lequesne 
Lundi 10 juin à 19h30
Institut français de Tel Aviv
Christian Lequesne

Depuis 2009, l’Union européenne a fait face à une série de crises sans précédent : crise de la dette publique dans les pays d’Europe du sud, crise due à l’arrivée d’un million de réfugiés en provenance de Syrie, crise de l’adhésion dans un Etat membre –la Grande Bretagne- dont le peuple a décidé par référendum de retrouver sa pleine souveraineté.

Ces crises ont politisé le débat sur l’Europe dans tous les Etats membres, alimentant une polarisation plus grande que dans le passé entre des forces politiques libérales pro-intégration et des forces populistes/nationalistes anti-intégration. Ce nouveau paysage politique était particulièrement présent dans la campagne des élections européennes de mai 2019, sans que les forces anti-intégration aient réussi à les gagner complètement. Une majorité des sociétés européennes reste attachée à la poursuite de l’Union européenne. La question d’avenir est de savoir si cet attachement permettra simplement de sauver les acquis ou de se réformer autour de nouveaux thèmes comme la lutte contre le changement climatique, la sécurité des aliments ou encore la défense.

Christian Lequesne 

Christian Lequesne est diplômé de Sciences Po Strasbourg et du Collège d’Europe à Bruges. Il obtient ensuite le doctorat en science politique et l’habilitation à diriger les recherches à Sciences Po, sous la direction du Professeur Alfred Grosser. De septembre 1986 à septembre 1988, il a été assistant au Département des études politiques et administratives au Collège d’Europe à Bruges, Belgique. Entré à Sciences Po en octobre 1988, il a été directeur adjoint du CERI d’octobre 2000 à décembre 2003, puis directeur du CERI de janvier 2009 à janvier 2014. Il a également dirigé le Centre français de recherche en sciences sociales (CEFRES) à Prague de janvier 2004 à août 2006, a été titulaire de la chaire Sciences Po-LSE à la London School of Economics (LSE) de septembre 2006 à août 2008, membre (et vice-président) du conseil de direction de Sciences Po de 2007 à 2013. Depuis 2015, il est “visiting professor of honor” au Département des sciences sociales de l’Université Charles de Prague.

Co-rédacteur en chef de European Review of International Studies (Editions Barbara Budrich), membre du comité de rédaction de Journal of European Integration et de Perspectives (Prague), des conseils scientifiques de Politique européenne, Etudes européennes, Christian Lequesne est aussi chroniqueur régulier au quotidien Ouest France sur la politique européenne. Il est co-président (avec F. Villeroy de Galhau) du groupe de veille France-Allemagne de l’Institut Montaigne, membre du conseil scientifique de la Fondation Robert Schuman, de l’Institut für Europäische Politik de Berlin et de l’Institut finlandais des relations internationales. Il est titulaire de la médaille des sciences sociales F. Palacky de l’Académie des sciences de la République tchèque et chevalier dans l’ordre des Palmes académiques.

Eric Vuillard

/ RENCONTRE AVEC UN AUTEUR

Eric Vuillard – L’ordre du jour

(Editions Actes Sud, Prix Goncourt 2017)

Eric_Vuillard_B_05-2014_A.SavinRencontre le 15 mai à 19h30 dans l’auditorium de l’Institut français de Tel Aviv

L’Allemagne nazie a sa légende. On y voit une armée rapide, moderne, dont le triomphe parait inexorable. Mais si au fondement de ses premiers exploits se découvraient plutôt des marchandages, de vulgaires combinaisons d’intérêts ? Et si les glorieuses images de la Wehrmacht entrant triomphalement en Autriche dissimulaient un immense embouteillage de panzers ? Une simple panne ! Une démonstration magistrale et grinçante des coulisses de l’Anschluss par l’auteur de Tristesse de la terre et de 14 juillet.

Éric Vuillard, est écrivain et cinéaste. Il a réalisé deux films, L’homme qui marche et Mateo Falcone. Il est l’auteur de Conquistadors (Léo Scheer, 2009) récompensé par le Grand prix littéraire du Web – mention spéciale du jury 2009 et le prix Ignatius J. Reilly 2010. Il a reçu le prix Franz-Hessel 2012 et le prix Valery-Larbaud 2013 pour deux récits publiés chez Actes Sud, La bataille d’Occident et Congo ainsi que le prix Joseph-Kessel 2015 pour Tristesse de la terre, le prix Alexandre Viallate pour 14 juillet.

Rencontre en français.

En partenariat avec le Festival international du livre Mishkenot Sha’ananim, Jerusalem

Eric Vuillard sera l’invité du Festival international du livre Mishkenot Sha’ananim à Jérusalem pour deux rencontres en français (traduction en hébreu) :

  • Le 13 mai à 19h – rencontre animée par le journaliste Emmanuel HalperinEn savoir plus
  • Le 14 mai à 20h – rencontre animée par le journaliste Goël PintoEn savoir plus

770x180_new

Festival Bandes Dessinées France Israël à Haïfa

/ ARTS PLASTIQUES ET VISUELS

Festival de  Bande Dessinée France-Israël à Haïfa

En présence de M. Patrice Servantie, Consul de France à Haïfa
Du 28 au 29 septembre

Institut  Français de Haïfa et Café Zébra

festival Bandes dessinées sept 18

L’Institut français de Haïfa est heureux de s’associer au festival de bande dessinée France Israël.  A l’occasion de cet évènement des bandes dessinées israéliennes et françaises seront présentées.  Ce sera l’occasion de découvrir la culture comique aux travers d’activités variées; films, ateliers,conférences et rencontres. Un programme pour tous, venez en famille !

Au programme:

Vendredi 28 septembre à l’Institut Français de Haïfa à partir de 10h00
-Stand d’artistes .Les artistes présenteront leur travaux
-Ateliers pour enfants et adultes: création de personnages/ réaliser un portrait
-Conférences/rencontres avec des auteurs de bandes dessinées
– Conférence.:Histoire de la bande dessinée

Samedi 29 Septembre au Café Zébra à partir de 10h00
- Projections de films sous-titrés
- Combats de bandes dessinées
-Jeux
-Musique
-Atelier de dessin
-Rencontre avec un dessinateur

https://www.facebook.com/events/2190566954551143/

“Boomerang”

/Cinéma

“Boomerang” un film de François Favrat avec Laurent Lafitte, Mélanie Laurent et Audrey Dana
Jeudi 28 Juin 2018 à 20h00
Auditorium Krieger, Haïfa

Boomerang film2

Boomerang : nom masculin, arme de jet capable en tournant sur elle-même de revenir à son point de départ… En revenant avec sa sœur Agathe sur l’île de Noirmoutier, berceau de leur enfance, Antoine ne soupçonnait pas combien le passé, tel un boomerang, se rappellerait à son souvenir. Secrets, non-dits, mensonges : et si toute l’histoire de cette famille était en fait à réécrire ? Face à la disparition mystérieuse de sa mère, un père adepte du silence et une sœur qui ne veut rien voir, une inconnue séduisante va heureusement bousculer la vie d’Antoine…

Shimon Peres, l’artisan de l’amitié franco-israélienne

/ RENCONTRE AVEC UN AUTEUR

Tsvia Walden : Shimon Peres, l’artisan de l’amitié franco-israélienne
La fille de Shimon Peres, Tsvia Walden revient sur le livre-testament de son père Aucun rêve n’est impossible (Ed. Baker Street, novembre 2017)
Mardi 10 avril, 19h30
Institut français de Tel Aviv, Rothschild 7

Aucun-reve-n-est-impoible 326 x 466“Il ne savait pas que c’était impossible, alors il l’a fait”. Cette phrase de l’écrivain américain Mark Twain résume l’idée du livre posthume de l’ancien Président de l’Etat d’Israël, Shimon Peres, Aucun rêve n’est impossible. Le livre est aujourd’hui présenté par sa fille, Tsvia Walden, invitée de l’Institut français. L’occasion de revenir avec elle sur la relation durable que Shimon Peres a réussi à bâtir entre la France et Israël.

Shimon Peres, dans un souci de transmission aux générations futures, l’année précédant sa disparition, a choisi de raconter six épisodes marquants de son impressionnante longévité politique au service de son pays.

“N’oublies pas que tu es juif” ces derniers mots du grand père laissé sur le quai de gare du petit village polonais, au petit fils de onze ans qui s’embarque vers “la terre promise à son peuple”, est un éclairage précieux sur le parcours du futur Président de l’Etat d’Israël.
Le destin s’emballe très vite pour celui qui aura appris à cultiver la terre et garder les moutons puisque remarqué par David Ben Gurion, il en deviendra l’un des plus jeunes conseillers.
Tout au long des épisodes sélectionnés – illustrant le combat physique et moral de l’homme politique et de l’homme tout simplement – on lit l’engagement à faire d’Israël une puissance militaire, nucléaire et enfin technologique. On voit aussi se dessiner un esprit visionnaire doté, outre d’une obstination hors du commun, d’un sens intuitif exceptionnel quand il décide, contre l’avis de tous, de se tourner vers la France.
“Une alliance avec la France était mon rêve impossible et je l’ai poursuivi”, dira Shimon Peres.
“Ils voyaient en moi une autre version d’eux-mêmes et à partir de là, un lien indescriptible s’est formé entre eux et moi”

La rencontre avec Tsvia Walden autour du livre de son père permettra d’éclairer les étapes d’un parcours hors du commun.