Face aux subjectivités de notre temps, quelle formation pour le psychanalyste aujourd’hui ? Enjeux cliniques et politiques

/ CONFERENCE

Hervé Castanet : Face aux subjectivités de notre temps, quelle   formation pour le psychanalyste aujourd’hui ?

Enjeux cliniques et politiques
Jeudi 26 avril 2018, 19h30
Institut français de Tel Aviv

Soirée organisée par le GIEP (Société Israélienne de Psychanalyse de la Nouvelle ‘Ecole Lacanienne) en partenariat avec l’Institut Français d’Israël.

Capture d’écran 2018-04-10 à 14.48.17 copieHervé Castanet est auteur d’une vingtaine d’ouvrages de psychanalyse sur la clinique de l’homosexualité, de la psychose, de la perversion et des nouages de l’art, la littérature et la psychanalyse.

Il dirige également de nombreux ouvrages collectifs pour penser la clinique autrement, notamment à partir du dernier enseignement de Lacan.

Par ailleurs, Il est fondateur et directeur de la revue Il Particolare, qui publie de la poésie, des textes sur l’art et des articles de théorie critique. Il est coordinateur de la Section clinique d’Aix-Marseille (dispositif d’enseignement clinique sous les auspices du Département de psychanalyse, Université Paris VIII), et directeur du Centre psychanalytique de consultation et traitement Marseille-Aubagne.

Hervé Castanet nous entretiendra de la formation du psychanalyste de nos jours, et de sa place dans la Cité.

Hervé Castanet animera également une conférence en français sur le thème “Recrudescence des attentats en France au nom de la religion comme expression d’un malaise contemporain. Qu’en dit la psychanalyse ?” le mardi 24 avril de 18h à 19h30 dans le cadre du Forum de culture française de l’Université de Tel Aviv. En savoir plus

PHC-Maimonide 2019-2020 : l’Ambassade de France et le MOST ont choisi de financer 6 projets scientifiques dans les domaines de l’agriculture numérique et la sûreté de l’information

/COOPERATION SCIENTIFIQUE

PHC-Maimonide 2019-2020 : l’Ambassade de France et le MOST ont choisi de financer 6 projets scientifiques dans les domaines de l’agriculture numérique et la sûreté de l’information

Deux colloques scientifiques franco-israéliens portant sur les thématiques « Agriculture numérique » et « Sûreté de l’information : théorie, pratique et applications » ont été organisés le 7 mars 2018 à Tel Aviv, afin de lancer l’appel à projets PHC-Maimonide qui sera publié prochainement.

Ph. Les colloques portaient sur l’agriculture digitale et la sûreté de l’information

Ph. Les colloques portaient sur l’agriculture digitale et la sûreté de l’information

Chaque année, l’Ambassade de France en Israël cofinance, avec le Ministère israélien de la Science, de la Technologie et de l’Espace (MOST), six projets de recherche franco-israéliens d’une durée de deux ans à hauteur de 80 000 € par projet et par an. Ce financement s’inscrit dans le cadre du Programme Hubert Curien (PHC)-Maimonide, dont les orientations sont fixées par le Haut Conseil franco-israélien pour la Science et la Technologie (HCST). Ce dernier définit notamment les deux thématiques sur lesquelles porte l’appel à projets PHC-Maimonide chaque année.

Outre l’excellence scientifique des projets de recherche, l’un des objectifs importants du PHC-Maimonide réside dans l’accroissement des mobilités scientifiques entre les deux pays.

Les deux thèmes sélectionnés pour les projets qui démarreront en janvier 2019 sont « Agriculture numérique » et « Sûreté de l’information : théorie, pratique et applications ». Dans ce cadre, deux colloques scientifiques franco-israéliens de lancement de l’appel à projets ont été organisés simultanément en mars 2018 à Tel Aviv, en présence de chercheurs français et israéliens.

Les colloques ont notamment permis de présenter les dernières avancées en matière de recherche sur chacune des thématiques et en particulier de mettre en relation les chercheurs des deux pays et d’esquisser des pistes de coopération en vue de l’appel à projets PHC-Maimonide et au-delà.

Concernant le colloque sur l’agriculture, les chercheurs font partie, côté français, de laboratoires de l’INRA, de l’IRSTEA et d’Arvalis Institut du végétal et, côté israélien, de l’Université de Tel Aviv, du Centre Volcani (organisation de recherche sur l’agriculture qui dépend du Ministère israélien de l’Agriculture), du Technion et de l’Université de Ben Gourion du Néguev. Les thématiques abordées ont notamment porté sur l’élevage de précision, la robotique et l’utilisation de systèmes d’imagerie appliqués aux cultures. M. Christian Huyghe, Directeur Agriculture à l’INRA, relève que « la transition vers l’agriculture et les systèmes agro-alimentaires numériques va exiger une évolution profonde de l’accompagnement et du conseil auprès des acteurs économiques et une évolution de la formation initiale ».

Pour le colloque sur la sécurité de l’information, étaient représentés l’ENS Paris, de Sorbonne Université et Telecom Paris Tech côté français et, côté israélien, l’Université de Ben Gourion du Néguev, l’Institut Weizmann, l’Université de Tel Aviv et l’Université de Haïfa. M. Sylvain Guilley, professeur à Telecom Paris Tech, a « apprécié de trouver des synergies sur le plan scientifique avec Israël, et également des complémentarités d’un point de vue industriel ».

Outre les intervenants, une trentaine de participants ont assisté aux deux colloques organisés simultanément, tant des chercheurs, des représentants des gouvernements israéliens et français, des entreprises israéliennes que des étudiants.

Le lendemain des colloques, les chercheurs français ont formé deux groupes, qui ont visité d’une part l’entreprise de cyber-sécurité Verint (basée à Herzliya) et, d’autre part, le Centre Volcani (Rishon LeZion), et l’entreprise d’agro-technologie Netafim (Magal). M. Huyghe souligne que « les visites au Centre Volcani et sa rencontre avec le Directeur scientifique du Ministère de l’Agriculture ont permis de voir des réalisations originales et d’identifier des pistes de partenariats, dans le thème du numérique, mais également dans d’autres domaines ».

Enfin, M. Frédérik Rogge, Chargé d’affaires à l’Ambassade de France en Israël, a reçu les participants aux colloques le 7 mars à la Résidence de France, ainsi que des représentants des ministères israéliens concernés, des universités et des entreprises de ces secteurs. Lors de la réception, M. Ludovic Brossard, chercheur à l’INRA, a pu « établir concrètement le contact avec un chercheur israélien et échanger sur leurs travaux respectifs. Cet échange a conduit à l’idée d’une possible collaboration dans le cadre du PHC-Maimonide autour de l’application de méthodes de suivi des animaux ».

En conclusion, les deux journées ont permis de mettre en avant l’excellence scientifiques des deux pays en matière d’agriculture digitale et de sécurité de l’information et de lancer de manière idéale l’appel à projet PHC-Maimonide 2019-2020 qui portera sur ces deux thématiques.

Rédaction : Etienne Charbit

Shimon Peres, l’artisan de l’amitié franco-israélienne

/ RENCONTRE AVEC UN AUTEUR

Tsvia Walden : Shimon Peres, l’artisan de l’amitié franco-israélienne
La fille de Shimon Peres, Tsvia Walden revient sur le livre-testament de son père Aucun rêve n’est impossible (Ed. Baker Street, novembre 2017)
Mardi 10 avril, 19h30
Institut français de Tel Aviv, Rothschild 7

Aucun-reve-n-est-impoible 326 x 466“Il ne savait pas que c’était impossible, alors il l’a fait”. Cette phrase de l’écrivain américain Mark Twain résume l’idée du livre posthume de l’ancien Président de l’Etat d’Israël, Shimon Peres, Aucun rêve n’est impossible. Le livre est aujourd’hui présenté par sa fille, Tsvia Walden, invitée de l’Institut français. L’occasion de revenir avec elle sur la relation durable que Shimon Peres a réussi à bâtir entre la France et Israël.

Shimon Peres, dans un souci de transmission aux générations futures, l’année précédant sa disparition, a choisi de raconter six épisodes marquants de son impressionnante longévité politique au service de son pays.

“N’oublies pas que tu es juif” ces derniers mots du grand père laissé sur le quai de gare du petit village polonais, au petit fils de onze ans qui s’embarque vers “la terre promise à son peuple”, est un éclairage précieux sur le parcours du futur Président de l’Etat d’Israël.
Le destin s’emballe très vite pour celui qui aura appris à cultiver la terre et garder les moutons puisque remarqué par David Ben Gurion, il en deviendra l’un des plus jeunes conseillers.
Tout au long des épisodes sélectionnés – illustrant le combat physique et moral de l’homme politique et de l’homme tout simplement – on lit l’engagement à faire d’Israël une puissance militaire, nucléaire et enfin technologique. On voit aussi se dessiner un esprit visionnaire doté, outre d’une obstination hors du commun, d’un sens intuitif exceptionnel quand il décide, contre l’avis de tous, de se tourner vers la France.
“Une alliance avec la France était mon rêve impossible et je l’ai poursuivi”, dira Shimon Peres.
“Ils voyaient en moi une autre version d’eux-mêmes et à partir de là, un lien indescriptible s’est formé entre eux et moi”

La rencontre avec Tsvia Walden autour du livre de son père permettra d’éclairer les étapes d’un parcours hors du commun.

 

 

 

 

Villages de Terre-Sainte au début du XXème siècle

/ EXPOSITION

“Villages de Terre-Sainte au début du XXème siècle”

Jusqu’au 27 avril 2018

Institut français de Nazareth

DSC_1249Depuis le 9 mars dernier, l’Institut français de Nazareth accueille l’exposition photographique “Villages de Terre-Sainte au début du XXème siècle”, une magnifique exposition de photographies issues de l’Ecole biblique et archéologique française de Jérusalem, l’exposition se poursuit jusqu’au 27 avril.

Les photographies anciennes présentées par l’Institut français de Nazareth proviennent d’une collection privée, commencée à l’époque Ottomane (en 1890) par des Français venus à Jérusalem étudier l’archéologie et le Livre Saint. Aujourd’hui, la collection regroupe plus de 25,000 photographies. Du 9 mars au 27 avril, l’Institut français de Nazareth exposera quelques-unes de ces œuvres autour du thème « village ».

/ Ouverture de l’exposition le 9 mars – les photos

Continue reading

Festival du film français – 15e édition

/ CINEMA

Festival du film français – 15e édition

Pour son 15e anniversaire, le Festival du film français en Israël reçoit l’acteur et réalisateur Albert Dupontel, le réalisateur Robert Guédiguian et l’actrice Ariane Ascaride

Du 13 mars au 7 avril

Cinémathèques de Tel Aviv, Jérusalem, Haïfa, Holon, Herzliya, Rosh Pina et Sderot, et le Globus Max Ashdod

600x250Le festival du film français en Israël fête son 15e anniversaire en recevant cette année le réalisateur Albert Dupontel qui présentera son film « Au-revoir, là-haut », 13 fois nommés pour les César 2018, ainsi que le réalisateur Robert Guédiguian et l’actrice Ariane Ascaride. Le festival se déroulera du 13 mars au 7 avril, un peu partout en Israël.

Film historique ou témoignant du contexte social actuel, biopic, comédies, le festival propose un programme varié qui permettra aux israéliens et aux francophones d’Israël de saisir le cinéma français contemporain dans toute sa richesse, sa complexité et sa diversité. Evidemment, à découvrir cette année, les films portés par nos invités : “Au revoir là-haut” d’Albert Dupontel et “La villa” réalisé par Robert Guédiguian avec l’actrice Ariane Ascaride.

Parmi les temps forts du festival, les projections de deux premiers films réussis et encensés par la critique : Le film de Xavier Legrand, « Jusqu’à la garde », récompensé par le prix du meilleur film et de la mise en scène à la Mostra de Venise 2017, et « M », réalisé par Sara Forestier, dans lequel la sensibilité et l’émotion dégagées par ce couple, l’un illettré et l’autre muette, ont séduit les spectateurs et les professionnels.

/ LE PROGRAMME

// LONGS METRAGES RECENTS

// LES CLASSIQUES

Le Festival du Film Français en Israël est conjointement produit par l’Institut français d’Israël et la société Eden Cinéma, et est proposé avec le soutien d’Air France, d’Israël Discount Bank, de l’Occitane en Provence et du CLUB MED.

Les Journées de la francophonie

/ FRANCOPHONIE

JOURNEES DE LA FRANCOPHONIE

2-15 mars 2018

Francophonie_bannière_851x315

La Francophonie a vocation à appeler toutes les autres langues du monde à se rassembler pour faire en sorte que la diversité culturelle, qui résulte de la diversité linguistique, soit sauvegardée. Au-delà du français, au-delà de la Francophonie, il nous faut être les militants du multiculturalisme dans le monde pour lutter contre l’étouffement, par une langue unique, des diverses cultures qui font la richesse et la dignité de l’humanité. 
Jacques Chirac,1997

En effet, loin d’être simplement une union linguistique, la francophonie est un espace commun regroupé autour de valeurs humanistes partagées, qui tire sa force de la richesse des cultures qui la compose. Richesse gustative, visuelle, universitaire, académique, culturelle, que vous pourrez découvrir lors des Journées de la Francophonie 2018 avec les ambassades de Belgique, Bulgarie, Cameroun, Canada, Chypre, Côte d’Ivoire, France, Grèce, République Démocratique du Congo, Roumanie, Suisse et Vietnam.

/ AU PROGRAMME 

/ DICTEES DE LA FRANCOPHONIE 

Inscrivez-vous aux fameuses dictées de la francophonie à Nazareth, Haïfa ou Tel Aviv ! De nombreux prix sont à gagner, offerts par les ambassades partenaires de l’événement.

icon-contactLe 2 mars 2018 à 10h (francophones) et 11h (francophiles)
Institut français de Tel-Aviv, de Haïfa et de Nazareth
10h (dictées francophiles)
11h (dictées francophones)
Inscrivez-vous ici !

/ CONFERENCE

“L’influence de la culture francaise sur la culture israélienne”

Une conférence en français animée par Gaby Levin, critique littéraire au journal Haaretz

icon-contactLe 5 mars 2018 à 19h30
Institut français de Tel-Aviv, Rothschild 7
Entrée libre
Renseignements et réservations : par email

/ PROJECTION

“Tamara”, d’Alexandre Castagnetti,
Dans le cadre du Prix des jeunes cinéphiles francophones

icon-contactLe 6 mars à 19h30
Institut français de Tel-Aviv
Film en français sous titré en anglais
Inscriptions libres et gratuites – en savoir plus

/ JOURNEE D’ETUDE

“Le discours électoral en Afrique de l’Ouest francophone”
Organisé par le groupe de recherche ADARR

icon-contactLe 13 mars 2018 de 14h à 18h30
Université de Tel-Aviv (Gilman 496),
Inscriptions libres et gratuites – renseignements par email

Voir le programme complet de la journée

FÊTE D’OUVERTURE

Dégustation des spécialités de la francophonie et concert de Groove Ambassadors

icon-contactLe  9 mars 2018 de 12h à 14h
Théâtre de Jaffa
Gratuit et ouvert à tous sans réservation

FESTIVAL DU CINEMA DE LA FRANCOPHONIE

9 films issus de 9 pays partenaires des Journées de la Francophonie seront projetés dans les cinémathèques de Holon et de Jérusalem.

YouTube Preview Image

icon-contactA la cinémathèque de Holon : du 11 au 15 mars
A la cinémathèque de Jérusalem : du 4 au 16 mars. Dates, horaires des projections et réservations, cliquez ici !

/ ET AUSSI :

  • N’hésitez pas à consulter le programme “Mon idée pour le français“, grande consultation internationale destinée à soutenir la promotion et l’apprentissage de la langue française dans le monde. En savoir plus
  • Apprenez le français grâce aux outils en ligne proposés par TV5MONDE ! En savoir plus
  • Par ailleurs, TV5MONDE propose sur sa chaîne une programmation spéciale à l’occasion des Journées de la Francophonie. A découvrir en cliquant ici

TV5MONDE_bannière

banierelogo_paysage

 

Continue reading

12ème séminaire de philosophie continentale

/ PHILOSOPHIE

12e séminaire de philosophie continentale  “Penser, par-delà les conventions”

Série de conférences de janvier à juin 2018 (en hébreu) 
De 10h30 à 12h
Institut français de Tel Aviv

slide showV2 600 x 250

L’Institut français d’Israël et le séminaire de philosophie continentale sont heureux de vous annoncer l’ouverture du 12ème séminaire de philosophie continental à l’Institut français de Tel Aviv du 12 janvier au 29 juin pour 16 conférences en hébreu autour du thème : “Penser, par-delà les conventions”

Ce séminaire s’inscrit dans les activités d’un groupe de chercheurs et chercheuses issus d’Universités israéliennes et de l’École des beaux-arts de Bezalel.  Ils  tentent ensemble de construire une communauté de dialogue autour des relations entre la philosophie continentale française et allemande et le contexte israélien.

Calendrier des conférences du 12ème séminaire de philosophie continentale :

12 janvier 2018
Pr. Moshe Zuckerman (Université de Tel Aviv) : La dialectique des Lumières – réexamen

26 janvier 2018
Lectures du livre de la Genèse au seuil de l’herméneutique :
Dr. Itzhak Benyamini (Université de Haifa, Bezalel, Resling), “Confrontations théologiques” Yishai Mevorach (Yehuda), “la tour de Babel et l’inconscient”.

9 février 2018
Dr. Itzhak Benyamini et Yishai Mevorach : “le va-vers-toi-même et l’action humaine”.

23 février 2018 – 13h30 – 15h
Postcolonialisme
Pr. Eran Dorfman (Université de Tel Aviv) : “Le (post-)colonialisme et son double”

2 mars 2018 (11h30 à 13h)
Dr. Yoel Regev (Université européenne de Saint Pétersbourg) : “De hyper chaos à time dj : la pensée spéculative de la dernière décennie et la dialectique matérialiste de la combinaison”

23 mars 2018
Lire Heidegger
Dr. Rachel Even : “L’origine de la philosophie” 

20 avril 2018
Lire Heidegger
Dr. Dror Pimental (Bezalel) et Lilach Levin (Bezalel) : “Habitat et étrangeté : le concept de maison entre Etre et temps et La lettre sur l’humanisme

27 avril 2018
Lire Heidegger
Dr. Ronny Klein (Université de Tel Aviv) : “Heidegger et la technologie : jadis et aujourd’hui »

11 mai 2018
Idan Zivoni (Resling) : “La perte de la langue comme traumatisme”

18 mai 2018
Postcolonialisme
Dr. Itamar Mann (Université de Haïfa) : “L’État des réfugiés” – La conférence est reporté à une date ultérieure

25 mai 2018
Dr. Raphael Zagury-Orly (Sciences Po Paris) : “Une catastrophe qui n’est pas une apocalypse” (13h à 14h30)

8 juin 2018
Post-Conscience
Pr. Miriam Reiner, (Technion), Docteur Daniel Landau, (IDC), Dr. Doron Freidman, (IDC) : “Conscience et post-conscience comme point de rencontre entre la neuroscience et l’art”

15 juin 2018
Post-conscience
Dr. Lyat Fridman (Bezalel ), Dr. Galit Wellner (Wizo Haïfa et Université de Tel Aviv), Dr. Roy Brand (Bezalel) : “Post-conscience à l’ère de l’intelligence artificielle”

22 juin 2018
Post-conscience
Dr. Yaron Senderowicz (Université de Tel Aviv), Dr. Dror Pimental (Bezalel) : “La possibilité de la conscience” chez Husserl et Heidegger

29 juin 2018
Postcolonialisme
Pr. Yehuda Shenhav : “L’arabe sous une plume juive “
الْعَرَبِيَّة بقلم يهودي

6 juillet 2018 
Postcolonialisme
Dr. Ronit Peleg (Université de Tel Aviv, Université Hébraïque de Jérusalem) : “Le piège du discours libéral des droits : réflexions inspirées de Franz Fanon et Achille Mbembe”
Dr. Aïm Deüelle Lüski (Université de Tel Aviv, Bezalel : “Autres réflexions sur l’âge des lumières : Achille Mbembe – Critique de la raison nègre

Prix des jeunes cinéphiles francophones

/ CINEMA

Prix des jeunes cinéphiles francophones : participez au vote et au concours ouvert au public !

Jusqu’au 15 mai 2018

630-prix_cinephiles_francophones_0Entre le 1er novembre 2017 et le 15 mai 2018, la deuxième édition du Prix des Jeunes Cinéphiles francophones invite les 15-25 ans du monde entier à vivre la création cinématographique contemporaine en français. Huit longs-métrages francophones sont soumis aux votes du public dont le choix sera annoncé sur le Pavillon des Cinémas du monde au Festival de Cannes. Un concours de critiques vidéo accompagne l’opération, dont le gagnant sera invité en France dans un festival de cinéma.

L’Institut français d’Israël participera à cette seconde édition du Prix des Jeunes Cinéphiles Francophones, en proposant aux jeunes apprenants, francophones et francophiles, de venir voir les films sélectionnés entre janvier et avril 2018.

Prochains films projetés:

  • Aya de Yopougon de Marguerite Abouet et Clément Oubrerie, le 13 février 2018 à 19h
  • Tamara d’Alexandre Castagnetti le 6 mars 2018 à 19h
  • Corniche Kennedy de Dominique Cabrera, le 27 mars 2018 à 19h
  • Swagger d’Olivier Babinet, le 24 avril 2018 à 19h

Rencontre avec Robert Bober

/ RENCONTRE AVEC UN AUTEUR

Rencontre avec Robert Bober
Auteur de “Vienne avant la nuit” publié aux Editions POL 2017
Jeudi 21 décembre à 19h30
Institut français de Tel Aviv
600 x 300

Invité dans le cadre du “Festival du film juif de Jérusalem”, Robert Bober présentera le film “Vienne avant la nuit” à partir duquel il a conçu le livre éponyme. Robert Bober sera à l’Institut français de Tel Aviv pour présenter ce récit autobiographique : il répondra aux questions de Michèle Tauber, spécialiste de littérature hébraïque, interprète de chansons en yiddish et en hébreu.

Dans les premières années du siècle dernier, l’arrière-grand-père de Robert Bober, Wolf Leïb Fränkel, tenta d’émigrer aux Etats-Unis, en avant-garde de sa famille restée en Pologne. Refoulé à Ellis Island, il décida de s’installer en Autriche, à Vienne, où la vie était pour les Juifs plus facile qu’en Pologne, et il y fit venir sa femme et ses enfants. Wolf Leïb Fränkel est mort en 1929, avant que la nuit nazie ne tombe sur l’Europe. A l’époque, Vienne était une ville cosmopolite, ouverte, une capitale intellectuelle et artistique, effervescente.

Dans Vienne avant la nuit, Robert Bober part à la recherche de son arrière-grand-père. Il remonte aux sources du nazisme en Autriche et signe un chef d’œuvre de délicatesse pour évoquer un terrible passé.

Robert Bober est né à Berlin en 1931, sa famille a fui le nazisme et s’est réfugiée à Paris en 1933. Bober est par la suite devenu réalisateur : il est l’auteur de plus de cent films documentaires et a reçu en 1991 le Grand Prix de la Société Civile des Auteurs Multimédia pour l’ensemble de son œuvre.

 

 

« Je, Emile Ajar »

/ SOIREE LITTERAIRE

« Je, Emile Ajar »

Le mardi 5 décembre 2017, 19h30

Institut français de Tel Aviv

Ph. Romain Gary ©Jacques Robert - Gallimard

Ph. Romain Gary ©Jacques Robert – Gallimard

A l’occasion de la sortie hébraïque de Gros-Câlin, de Romain Gary/Emile Ajar aux Editions Am Oved, traduit en hébreu par Dorit Shilo. L’Institut français de Tel-Aviv propose une conversation littéraire entre trois traducteurs de Romain Gary : Rama Ayalon, Nir Ratzkovsky et Dorit Shilo.

Monsieur Cousin, mène la vie banale d’un employé de bureau…sauf qu’il vit avec un python de deux mètres vingt de long, rapporté d’Afrique, dont il est épris… Gros-Câlin, écrit par Romain Gary à l’âge de 60 ans, est la première œuvre signée du pseudonyme Emile Ajar. Rama Ayalon, Nir Ratzkovsky et Dorit Shilo ont tous trois traduit Romain Gary / Emile Ajar. Quelles différences ont-ils décelé dans l’écriture, le style, le ton, voire les idées, selon que l’écrivain signait de son nom ou de son pseudonyme ?

La soirée sera ponctuée d’extraits de Gros-Câlin lus en hébreu par l’auteure Alona Kimhi. La discussion sera animée par la journaliste Emmanuelle Elbaz-Phelps (Aroutz 10).

Soirée en hébreu. Vente de livres à l’issue de la soirée.