CAFE DES SCIENCES #5 / Dr. Daniel Lellouch : “Le mystère de la matière noire”

/ CAFE DES SCIENCE #5 

“Le mystère de la matière noire”

Une discussion animée par le Dr Daniel Lellouch, Professeur à l’institut Weizmann.

Lundi 7 mai à 20h au bar « BuXa », 31 boulevard Rothschild, Tel Aviv

En anglais – entrée libre

Café des sciences_évT FB_#5A l’occasion de la 5ème édition du Café des Sciences, l’Institut français d’Israël vous invite à mieux comprendre la matière noire lors d’une soirée en compagnie d’un spécialiste du sujet, le Dr. Daniel Lellouch, le lundi 7 mai à 20h au BuXa Bar à Tel Aviv.

Le « Café des Sciences », organisé par l’Institut français d’Israël, propose aux passionnés de science, simples curieux ou profanes de discuter de sujets scientifiques pointus mais de façon vulgarisée avec des chercheurs et universitaires experts dans leur domaine. Pour cette cinquième édition, c’est le Dr Daniel Lellouch, Professeur à l’Institut Weizmann dans le Département de physique des particules et d’astrophysique, qui interviendra sur son sujet de prédilection – « le mystère de la matière noire ».

Quelle est cette matière que l’on ne voit pas mais qui compte pour 80% de la masse totale de l’univers ? C’est l’un des plus grands mystères de notre siècle que des scientifiques du monde entier tentent d’élucider. Si la matière noire n’affecte pas les lois de la physique qui régissent le quotidien sur Terre et si elle est invisible, elle est quand même responsable de la stabilité des galaxies : sans elle, notre Voie lactée volerait en éclat. Si cette mystérieuse substance venait à disparaître, notre Terre orbiterait autour d’une étoile errante et notre ciel nocturne perdrait ses étoiles. La recherche sur la matière noire comporte deux volets principaux. Le premier emprunte des outils à l’astrophysique et consiste en l’étude de l’influence de la matière noire sur les grandes structures de l’univers telles que les galaxies, les amas et superamas. Le second utilise la physique des particules et s’attache à déterminer la nature exacte de cette matière. A l’occasion de ce cinquième Café des Sciences, le Dr Daniel Lellouch fera le point sur l’état actuel des recherches sur le sujet.

Le Café des Sciences est un événement proposé en anglais par l’Institut français d’Israël grâce à l’implication de cinq jeunes chercheurs français, intégrés dans des laboratoires israéliens. Les rencontres organisées dans le cadre du « Café des Sciences » sont proposées tous les deux mois environ, occasion pour un ou deux scientifiques de partager leurs travaux et rendre accessible la recherche française et israélienne à tous les publics, valorisant la coopération de nos deux communautés scientifiques.

Gérard Rabinovitch : La shoah, rupture dans la civilisation

/ CONFERENCE

Gérard Rabinovitch : La shoah, rupture dans la civilisation

L’Institut des savoirs – Israël : histoire et sociétés

Vendredi 4 mai 2018,  11h

Institut français de Tel Aviv

9782240046581Gérard Rabinovitch présentera, autour de son dernier livre Leçons de la Shoah, (éditions Canopé), une thèse : un choc hante les civilisations, non pas entre elles, mais interne à chacune d’elles : entre civilisation de vie et civilisation de mort.
Ce choc entre civilisation de vie et civilisation de mort est le seul «choc» légitimement explorable et nommable des civilisations, depuis ces courants contradictoires traversant toutes nos cultures.
Gérard Rabinovitch proposera un éclairage original sur ce que la Shoah appelle de remises en perspective cognitives, de synthèses alertées, d’avertissements éthiques, prenant mesure de la rupture de civilisation qui s’est produite là, dont nos vies contemporaines restent tributaires.

Ph. Gérard Rabinovitch©Pascal AmoyelGérard Rabinovitch est philosophe et sociologue, chercheur au CNRS, chercheur associé au centre de recherche « Psychanalyse, médecine et société » de l’université Paris VII. Il est également directeur des
programmes de l’Institut européen Emmanuel Levinas de l’AIU (Alliance israélite universelle). Ses travaux et réflexions portent sur les crises civilisationnelles de l’époque moderne et contemporaine. Il a été le
commissaire scientifique de l’exposition « Survivre. Les enfants dans la Shoah » du Mémorial de Caen (2009) et l’auteur du dossier « Les enfants dans la Shoah » pour Francetv Éducation (2012).
Il est l’auteur, entre autres, des ouvrages :

Terrorisme/Résistance. D’une confusion lexicale à l’époque des sociétés de masse (2014) et Somnambules et Terminators. Sur une crise civilisationnelle contemporaine (2016) publiés aux Éditions Le Bord de l’eau.
Son dernier livre Leçons de la Shoah est publié aux éditions Canopé (2018).

Ph. Gérard Rabinovitch©Pascal Amoyel

 

Nathalie Azoulai autour de son livre Les spectateurs

/ LES RENCONTRES DE LA CLOSERIE

Nathalie Azoulai autour de son livre Les spectateurs (POL, janvier 2018)
Mercredi 9 mai, 18h30
La Closerie, la médiathèque de l’Institut français de Tel Aviv

ob_573994_les-spectateursCe 27 novembre 1967, à 15 heures, le général de Gaulle donne une conférence retransmise en direct à la télévision. Pour beaucoup, c’est un banal discours évoquant des questions de politique étrangère. Pas pour cette famille, dont les visages inquiets se reflètent sur l’écran, pesant chaque mot prononcé par le « héros » qui a « sauvé la France ».

Car ils savent. Ils « savent que c’est déjà arrivé. Là-bas. Ils savent qu’un discours de chef d’État peut se transformer en quelques mois et sans qu’on y prenne garde, en mesures, en adieux et en valises remplies à la hâte ».

300 x 500Nathalie Azoulai est née en région parisienne. Après avoir suivi des études à l’École normale supérieure et y avoir été diplômée d’une agrégation en lettres modernes, elle se lance dans une carrière dans l’enseignement. Elle se réoriente ensuite vers le monde de l’édition et y occupe divers postes. .Nathalie vit et travaille à Paris.
Elle a reçu le prix Médicis en 2015 pour Titus n’aimait pas Bérénice. C’est son deuxième livre aux éditions P.O.L.

Ph. Azoulai Nathalie (c) Hélène Bamberg -P.O.L

 

 

Biologie cellulaire et du développement : un domaine d’excellence partagé par l’Institut Weizman et l’Université Aix-Marseille

/COOPERATION SCIENTIFIQUE

Biologie cellulaire et du développement : un domaine d’excellence partagé par l’Institut Weizmann et l’Université Aix-Marseille

Des chercheurs d’Aix-Marseille Université (AMU) ont fait le déplacement en Israël en mars 2018 pour rencontrer leurs homologues de l’Institut Weizmann des Sciences (WIS) à l’occasion d’un symposium franco-israélien intitulé « Biologie Cellulaire et du Développement ». Au programme : échanges sur des projets de recherche et pistes de coopération éventuelles.

Image 1. Un symposium franco-israélien sur la « Biologie Cellulaire et du Développement » a été organisé au WIS, Crédits image : Institut Weizmann des Sciences

Image 1. Un symposium franco-israélien sur la « Biologie Cellulaire et du Développement » a été organisé au WIS (crédits image : Institut Weizmann des Sciences)

La Biologie Cellulaire et du Développement est un domaine d’excellence partagé par WIS et AMU. Par exemple, AMU a été la seule institution à être lauréate, à l’échelle nationale, de l’appel à projet « Instituts Convergences »* sur la thématique Biologie (projet CenTuri).

Un axe potentiel de coopération a ainsi été identifié entre WIS et AMU sur ce domaine en particulier, ce qui a débouché sur l’organisation d’une 1e rencontre scientifique bilatérale entre les deux institutions les 20 et 21 Mars 2018 à Rehovot (Israël).

A cette occasion, la délégation française d’AMU était constituée de 17 chercheurs affiliés à l’Institut de Biologie du Développement de Marseille Luminy (IBDM), à l’Institut de neurobiologie de la méditerranée (Inmed) et au Centre d’Immunologie de Marseille-Luminy (CIML).

Le symposium a notamment permis aux chercheurs d’échanger sur leurs projets de recherche et d’évoquer des pistes de coopération éventuelles. M. Jacques Baudier, Responsable Echanges Internationaux à l’IBDM, estime que « des interactions entre les équipes de recherche ne peuvent être que fructueuses en matière de participation commune aux grands appels à projets nationaux, européens et internationaux et génératrices de nouvelles connaissances et, donc, d’innovation ». De plus, il souligne que « cette initiative s’inscrit pleinement dans l’axe euro-méditerranéen de la stratégie internationale conduite par AMU qui ne peut que renforcer le lien entre les communautés scientifiques de part et d’autre de la Méditerranée ».

Image 2. Daniel Zajfman (Président du WIS) et Pierre Chiappetta (Vice-Président Recherche d’AMU) lors du symposium (crédits photo : Institut Weizmann des Sciences)

Image 2. Daniel Zajfman (Président du WIS) et Pierre Chiappetta (Vice-Président Recherche d’AMU) lors du symposium (crédits photo : Institut Weizmann des Sciences)

Enfin, Mme Hélène Le Gal, Ambassadrice de France en Israël, a reçu les participants au colloque le 20 mars à la Résidence de France et s’est réjouie que cette initiative puisse renforcer les liens entre deux institutions scientifiques majeures en France et en Israël.

  Image 3. Avi Levy (Doyen de la Faculté de Biochimie du WIS), Hélène le Gal (Ambassadrice de France en Israël) et Pierre Chiappetta (Vice-Président Recherche d’AMU) lors de la réception à la Résidence de France (crédits photo : Elodie Sauvage / Ambassade de France en Israël)


Image 3. Avi Levy (Doyen de la Faculté de Biochimie du WIS), Hélène le Gal (Ambassadrice de France en Israël) et Pierre Chiappetta (Vice-Président Recherche d’AMU) lors de la réception à la Résidence de France (crédits photo : Elodie Sauvage / Ambassade de France en Israël)

* L’appel à projet « Instituts Convergences » a été lancé en 2016 par l’Agence nationale de la recherche (ANR) dans le cadre du Programme « Investissements d’avenir », afin de structurer des centres rassemblant des forces scientifiques pluridisciplinaires de grande ampleur et de forte visibilité.

Rédaction : Etienne Charbit

Haim Saadoun : Représentations de l’holocauste au cinéma : quelles conséquences ?

/ CONFERENCE

Haim Saadoun : Représentations de l’holocauste au cinéma : quelles conséquences ?
Conférence illustrée par des projections de scènes tirées des films Casablanca (1942) et Alliés (2016)

Mercredi 25 avril, 19h30
Institut français de Tel Aviv
800 x 350

En choisissant comme étude de cas, le rôle du régime de Vichy en Afrique du Nord, Haïm Saadoun a choisi d’examiner la représentation de l’Holocauste dans les films: Casablanca (USA, 1942) et Alliés (USA, 2016).

Doit-on re-penser la question de la fiabilité historique, récurrente dans l’histoire du cinéma, à l’éclairage des poussées des négationnismes et les difficultés de les combattre, dans un environnement aujourd’hui plus complexe encore.

IMG_7520Haim Saadoun, historien à l’Université ouverte, est directeur du Centre de documentation sur l’histoire des juifs en Afrique du Nord pendant la seconde guerre mondiale à l’Institut de recherche Yad Ben-Tsvi de Jérusalem. Il est également directeur de publication de la collection « Les communautés juives au Moyen Orient au 19e et 20e siècle » publiée par l’Institut Yad Ben Tsvi. Son travail de précurseur a été couronné de nombreux prix. A paraître aux éditions Perrin, en collaboration avec Dan Michman, Les juifs d’Afrique d’Afrique du Nord face à l’Allemagne nazie.

En partenariat avec : 

MBZ blue copy

Face aux subjectivités de notre temps, quelle formation pour le psychanalyste aujourd’hui ? Enjeux cliniques et politiques

/ CONFERENCE

Hervé Castanet : Face aux subjectivités de notre temps, quelle   formation pour le psychanalyste aujourd’hui ?

Enjeux cliniques et politiques
Jeudi 26 avril 2018, 19h30
Institut français de Tel Aviv

Soirée organisée par le GIEP (Société Israélienne de Psychanalyse de la Nouvelle ‘Ecole Lacanienne) en partenariat avec l’Institut Français d’Israël.

Capture d’écran 2018-04-10 à 14.48.17 copieHervé Castanet est auteur d’une vingtaine d’ouvrages de psychanalyse sur la clinique de l’homosexualité, de la psychose, de la perversion et des nouages de l’art, la littérature et la psychanalyse.

Il dirige également de nombreux ouvrages collectifs pour penser la clinique autrement, notamment à partir du dernier enseignement de Lacan.

Par ailleurs, Il est fondateur et directeur de la revue Il Particolare, qui publie de la poésie, des textes sur l’art et des articles de théorie critique. Il est coordinateur de la Section clinique d’Aix-Marseille (dispositif d’enseignement clinique sous les auspices du Département de psychanalyse, Université Paris VIII), et directeur du Centre psychanalytique de consultation et traitement Marseille-Aubagne.

Hervé Castanet nous entretiendra de la formation du psychanalyste de nos jours, et de sa place dans la Cité.

Hervé Castanet animera également une conférence en français sur le thème “Recrudescence des attentats en France au nom de la religion comme expression d’un malaise contemporain. Qu’en dit la psychanalyse ?” le mardi 24 avril de 18h à 19h30 dans le cadre du Forum de culture française de l’Université de Tel Aviv. En savoir plus

PHC-Maimonide 2019-2020 : l’Ambassade de France et le MOST ont choisi de financer 6 projets scientifiques dans les domaines de l’agriculture numérique et la sûreté de l’information

/COOPERATION SCIENTIFIQUE

PHC-Maimonide 2019-2020 : l’Ambassade de France et le MOST ont choisi de financer 6 projets scientifiques dans les domaines de l’agriculture numérique et la sûreté de l’information

Deux colloques scientifiques franco-israéliens portant sur les thématiques « Agriculture numérique » et « Sûreté de l’information : théorie, pratique et applications » ont été organisés le 7 mars 2018 à Tel Aviv, afin de lancer l’appel à projets PHC-Maimonide qui sera publié prochainement.

Ph. Les colloques portaient sur l’agriculture digitale et la sûreté de l’information

Ph. Les colloques portaient sur l’agriculture digitale et la sûreté de l’information

Chaque année, l’Ambassade de France en Israël cofinance, avec le Ministère israélien de la Science, de la Technologie et de l’Espace (MOST), six projets de recherche franco-israéliens d’une durée de deux ans à hauteur de 80 000 € par projet et par an. Ce financement s’inscrit dans le cadre du Programme Hubert Curien (PHC)-Maimonide, dont les orientations sont fixées par le Haut Conseil franco-israélien pour la Science et la Technologie (HCST). Ce dernier définit notamment les deux thématiques sur lesquelles porte l’appel à projets PHC-Maimonide chaque année.

Outre l’excellence scientifique des projets de recherche, l’un des objectifs importants du PHC-Maimonide réside dans l’accroissement des mobilités scientifiques entre les deux pays.

Les deux thèmes sélectionnés pour les projets qui démarreront en janvier 2019 sont « Agriculture numérique » et « Sûreté de l’information : théorie, pratique et applications ». Dans ce cadre, deux colloques scientifiques franco-israéliens de lancement de l’appel à projets ont été organisés simultanément en mars 2018 à Tel Aviv, en présence de chercheurs français et israéliens.

Les colloques ont notamment permis de présenter les dernières avancées en matière de recherche sur chacune des thématiques et en particulier de mettre en relation les chercheurs des deux pays et d’esquisser des pistes de coopération en vue de l’appel à projets PHC-Maimonide et au-delà.

Concernant le colloque sur l’agriculture, les chercheurs font partie, côté français, de laboratoires de l’INRA, de l’IRSTEA et d’Arvalis Institut du végétal et, côté israélien, de l’Université de Tel Aviv, du Centre Volcani (organisation de recherche sur l’agriculture qui dépend du Ministère israélien de l’Agriculture), du Technion et de l’Université de Ben Gourion du Néguev. Les thématiques abordées ont notamment porté sur l’élevage de précision, la robotique et l’utilisation de systèmes d’imagerie appliqués aux cultures. M. Christian Huyghe, Directeur Agriculture à l’INRA, relève que « la transition vers l’agriculture et les systèmes agro-alimentaires numériques va exiger une évolution profonde de l’accompagnement et du conseil auprès des acteurs économiques et une évolution de la formation initiale ».

Pour le colloque sur la sécurité de l’information, étaient représentés l’ENS Paris, de Sorbonne Université et Telecom Paris Tech côté français et, côté israélien, l’Université de Ben Gourion du Néguev, l’Institut Weizmann, l’Université de Tel Aviv et l’Université de Haïfa. M. Sylvain Guilley, professeur à Telecom Paris Tech, a « apprécié de trouver des synergies sur le plan scientifique avec Israël, et également des complémentarités d’un point de vue industriel ».

Outre les intervenants, une trentaine de participants ont assisté aux deux colloques organisés simultanément, tant des chercheurs, des représentants des gouvernements israéliens et français, des entreprises israéliennes que des étudiants.

Le lendemain des colloques, les chercheurs français ont formé deux groupes, qui ont visité d’une part l’entreprise de cyber-sécurité Verint (basée à Herzliya) et, d’autre part, le Centre Volcani (Rishon LeZion), et l’entreprise d’agro-technologie Netafim (Magal). M. Huyghe souligne que « les visites au Centre Volcani et sa rencontre avec le Directeur scientifique du Ministère de l’Agriculture ont permis de voir des réalisations originales et d’identifier des pistes de partenariats, dans le thème du numérique, mais également dans d’autres domaines ».

Enfin, M. Frédérik Rogge, Chargé d’affaires à l’Ambassade de France en Israël, a reçu les participants aux colloques le 7 mars à la Résidence de France, ainsi que des représentants des ministères israéliens concernés, des universités et des entreprises de ces secteurs. Lors de la réception, M. Ludovic Brossard, chercheur à l’INRA, a pu « établir concrètement le contact avec un chercheur israélien et échanger sur leurs travaux respectifs. Cet échange a conduit à l’idée d’une possible collaboration dans le cadre du PHC-Maimonide autour de l’application de méthodes de suivi des animaux ».

En conclusion, les deux journées ont permis de mettre en avant l’excellence scientifiques des deux pays en matière d’agriculture digitale et de sécurité de l’information et de lancer de manière idéale l’appel à projet PHC-Maimonide 2019-2020 qui portera sur ces deux thématiques.

Rédaction : Etienne Charbit

Shimon Peres, l’artisan de l’amitié franco-israélienne

/ RENCONTRE AVEC UN AUTEUR

Tsvia Walden : Shimon Peres, l’artisan de l’amitié franco-israélienne
La fille de Shimon Peres, Tsvia Walden revient sur le livre-testament de son père Aucun rêve n’est impossible (Ed. Baker Street, novembre 2017)
Mardi 10 avril, 19h30
Institut français de Tel Aviv, Rothschild 7

Aucun-reve-n-est-impoible 326 x 466“Il ne savait pas que c’était impossible, alors il l’a fait”. Cette phrase de l’écrivain américain Mark Twain résume l’idée du livre posthume de l’ancien Président de l’Etat d’Israël, Shimon Peres, Aucun rêve n’est impossible. Le livre est aujourd’hui présenté par sa fille, Tsvia Walden, invitée de l’Institut français. L’occasion de revenir avec elle sur la relation durable que Shimon Peres a réussi à bâtir entre la France et Israël.

Shimon Peres, dans un souci de transmission aux générations futures, l’année précédant sa disparition, a choisi de raconter six épisodes marquants de son impressionnante longévité politique au service de son pays.

“N’oublies pas que tu es juif” ces derniers mots du grand père laissé sur le quai de gare du petit village polonais, au petit fils de onze ans qui s’embarque vers “la terre promise à son peuple”, est un éclairage précieux sur le parcours du futur Président de l’Etat d’Israël.
Le destin s’emballe très vite pour celui qui aura appris à cultiver la terre et garder les moutons puisque remarqué par David Ben Gurion, il en deviendra l’un des plus jeunes conseillers.
Tout au long des épisodes sélectionnés – illustrant le combat physique et moral de l’homme politique et de l’homme tout simplement – on lit l’engagement à faire d’Israël une puissance militaire, nucléaire et enfin technologique. On voit aussi se dessiner un esprit visionnaire doté, outre d’une obstination hors du commun, d’un sens intuitif exceptionnel quand il décide, contre l’avis de tous, de se tourner vers la France.
“Une alliance avec la France était mon rêve impossible et je l’ai poursuivi”, dira Shimon Peres.
“Ils voyaient en moi une autre version d’eux-mêmes et à partir de là, un lien indescriptible s’est formé entre eux et moi”

La rencontre avec Tsvia Walden autour du livre de son père permettra d’éclairer les étapes d’un parcours hors du commun.

 

 

 

 

LabCitoyen 2018

/ BOURSES

LabCitoyen 2018

Date limite pour postuler : 10 avril 2018

LabCitoyen 2014

 

LABCITOYEN-LogoChaque année, les lauréats de la bourse LAB CITOYEN bénéficient d’un séjour d’une semaine à Paris prise en charge par l’Institut français d’Israël. L’objectif du séjour : débattre sur la question des Droits de l’homme autour d’une thématique particulière. Cette année : l’éducation et la santé.

LabCitoyen propose aux 20-26 ans francophones, francophiles, apprenants de français et engagés dans les questions de citoyenneté du monde entier, une formation en France, pendant une dizaine de jours, autour des grandes thématiques des droits de l’Homme alternant conférences, débats et ateliers.

LabCitoyen vise autant à promouvoir la langue française en tant qu’outil de débat sur les grandes questions de notre temps qu’à établir un dialogue constructif avec les acteurs de demain. Accompagner l’engagement des participants du Lab, c’est permettre l’émergence de nouveaux interlocuteurs pertinents pour la France à travers le monde.

La grande thématique de Lab Citoyen 2018 sera “Droits de l’homme et éducation” et peut se développer en de nombreuses thématiques, dont celle qui a été retenue par l’Institut français d’Israël : “Education et santé”.

La campagne de recrutement du programme LabCitoyen 2018 est ouverte, les dossiers sont à envoyer avant le 10 avril 2018.

Conditions d’attribution de la bourse :

  • Etre de nationalité israélienne
  • Etre âgé de 20 à 26 ans
  • Avoir le niveau B1 en français
  • Etre engagé dans la défense des droits de l’homme (études, engagement associatif, politique, humanitaire, civique ou syndical)

Prise en charge

Les différents frais (stage, hébergement et repas) seront pris en charge par l’Institut français, seul le billet d’avion est à la charge du boursier.

Comment présenter sa candidature ?

Le dossier de candidature devra être entièrement rédigé en français. Il comprendra :

Calendrier Lab Citoyen 2018
Du 1e au 9 juillet 2018

Contact :

Vincent Miny / v.miny@ambfr-il.org

SO FRENCH SO FOOD, retour sur la semaine de la gastronomie française : quand chefs israéliens et français partagent leur passion commune avec des étudiants

18 chefs venus spécialement de France, dégustations, master class, conférences, rencontres,: la cuisine française a été à l’honneur en Israël lors de la 6ème édition de SO FRENCH SO FOOD, semaine de la gastronomie française en Israël, organisée du 5 au 8 février par l’Ambassade de France. Le public israélien a pu découvrir l’excellence de la gastronomie française dans les restaurants israéliens partenaires mais cet événement a également pour objectif de créer des opportunités de rencontres, notamment sur le plan de la formation, et d’apporter en Israël une meilleure compréhension des possibilités d’accès aux écoles culinaires et de management hôtelier françaises. Cet échange a été rendu possible grâce à l’implication de Bishulim, l’Institut israélien d’arts culinaires, et de deux Chefs français.

 Chef Trochon à Bishulim

Chef Trochon à Bishulim

En association avec l’ambassade de France et Cibus-Sodexo Israël, Bishulim a organisé une master class professionnelle à destination de chefs israéliens, co-animée par le Chef français Pierre Meneau et le Chef israélien de Bishulim, Ran Pollak. Au menu : la cuisine et la découpe de la viande bovine française dans sa version à la fois traditionnelle et moderne.

Bishulim a également accueilli le Chef Eric Trochon. Meilleur ouvrier de France 2011, Chef de restaurants à Paris mais aussi à l’étranger, notamment en Asie, auteur de plusieurs ouvrages, expert en design culinaire et consultant pour de grandes marques, Eric Trochon se consacre également à la transmission de son art en enseignant à l’Ecole française de gastronomie et de management hôtelier Ferrandi. Il a été enthousiasmé par son séjour en Israël : « j’ai passé un très bon moment au sein de Bishulim, l’organisation était parfaite et l’accueil très chaleureux », c’est une école  « très professionnelle et pleine de dynamisme, le niveau culinaire est assez élevé et nous nous sommes retrouvés sur de nombreux points, les élèves étaient très attentifs, ont posé de nombreuses questions ; une belle énergie s’est dégagée de l’atelier. »

Eric Trochon a aussi pu, grâce au Chef Ran Pollack, aller à la découverte des marchés et des produits locaux et prendre conscience du dynamisme du secteur de la restauration à Tel Aviv : « c’était vraiment très impressionnant, à mille lieux de l’image que nous avons en général d’Israel ».

En participant à un atelier organisé par Campus France sur les études culinaires en France au cours duquel il a présenté l’Ecole Ferrandi et partagé son expérience d’enseignant, Eric Trochon a pu constater l’attractivité de la France auprès des jeunes Israéliens souhaitant se former à la cuisine. Le Cordon Bleu et l’Institut Paul Bocuse étaient représentées par d’anciens élèves israéliens témoignant de la notoriété et de la reconnaissance de ces écoles qui attirent des étudiants du monde entier pour leur rigueur, leur créativité, leur innovation, leur ouverture internationale, leurs programmes en anglais et leurs opportunités de stages dans les plus grands restaurants français.

Rédaction : Esther Lévy