Hommage à Marceline Loridan-Ivens

/ CINEMA

Hommage à Marceline Loridan-Ivens
Du 15 au 26 septembre 2019
Cinémathèque de Jérusalem

marceline

En cette rentrée de septembre, la cinémathèque de Jérusalem, avec le soutien de l’Institut français d’Israël, programme 8 films, courts et longs métrages, en hommage à la cinéaste française Marceline Loridan-Ivens. Cette programmation nous permettra de plonger dans l’univers d’une femme engagée, militante, passionnée et furieusement vivante qui, rescapée d’Auschwitz, n’a eu de cesse jusqu’à sa mort l’année dernière d’apporter son témoignage sur la Shoah.

Le cinéma, c’était l’arme de Marceline Loridan-Ivens pour lutter contre ses souvenirs et ses fantômes. A l’écran, le temps d’une longue séquence du film Chronique d’un été de Jean Rouch et Edgar Morin, elle raconte pour la première fois son histoire, celle d’une jeune fille de 14 ans déportée à Auschwitz avec son père qui lui n’est jamais revenu. C’était en 1961, un moment heureux d’amnésie silencieuse pour Marceline Loridan. Mais c’est surtout derrière la caméra que la survivante des camps de la mort a signé un pacte avec la vie, le présent et les grandes causes de sa génération. Un pacte d’amour aussi avec le grand documentariste Joris Ivens qui deviendra son mari.

Ensemble, ils partiront tourner Le 17ème parallèle : la guerre du peuple , s’installant sur la ligne de front en pleine guerre du Vietnam. Ils plongeront ensuite dans la révolution culturelle chinoise où ils tourneront près de 14 films, longs et moyens métrages, rassemblés sous le titre onirique « Comment Yukong déplaça des montagnes ». Dans ces moments intenses, Marceline ne se sentait pas nécessairement en pays étranger. La guerre, la survie, la révolte faisaient partie d’elle. Écrasée par l’histoire, elle avait maintenant le sentiment de peser sur elle

En 2003, Marceline Loridan-Ivens exhume son passé en retournant à Birkenau, ce camp où on a voulu qui sa mort, pour le tournage de La petite prairie aux bouleaux. L’héroïne s’exclame du haut d’un mirador abandonné : « Je suis en vie ! ». C’est le cri inoubliable de Marceline Loridan-Ivens qui nous a quittés l’année dernière, à la fin d’une vie férocement « balagan ».

/ LES FILMS
La petite prairie aux bouleaux  (2002) (film d’ouverture) – Une discussion portant sur Marceline Loridan-Ivens se tiendra en début de projection
L’épouse du vent (1998) et Une histoire de vent (1989) – Discussion avec la rélisatrice Daniela Schulz
Chronique d’un été (1961) et Algérie, année zéro (1962) – Discussion avec le réalisateur Jean-Pierre Sergent
La vie balagan de Marceline Loridan-Ivens (2018) et Une histoire de ballon, Lycée N°31 Pekin (1976) – Discussion avec le réalisateur Yves Jeuland
Le 17e parallèle : La guerre du peuple (1968)

 

UN ÉTÉ DE CINÉMA ISRAÉLIEN – EN FRANÇAIS – 3e édition

/ CINEMA

“Un été de cinéma israélien – En français” – #3

Du 18 août au 11 septembre 2019 
Cinémathèque de Tel Aviv

Un été de cinéma83_800x350

L’Institut français d’Israël et l’Israel Film Fund, en partenariat avec la cinémathèque de Tel Aviv, la Fondation Rabinovich, et la Municipalité de Tel Aviv-Yafo, proposent pour la troisième année consécutive « Un été de cinéma israélien – en français » !

Quatre films israéliens tous sortis en 2018 ou en 2019, en version originale sous-titrée en français seront programmés cet été à partir du 18 août à la Cinémathèque de Tel Aviv. L’occasion pour les francophones, qu’ils soient résidents ou touristes, et pour tous les amoureux du cinéma et de la langue française, de découvrir ou redécouvrir, l’actualité du cinéma israélien.

Chaque film, à sa manière et dans le langage choisi par le réalisateur, raconte des situations réalistes ou cocasses issues d’un vécu social propre à Israël et constitue une clé d’appréhension, à travers le cinéma, de la société israélienne, dans toute sa richesse et sa complexité. L’armée, le harcèlement, le couple et le cinéma font partie des thématiques abordées par les films sélectionnés.

/ LES FILMS

« Tel Aviv On Fire » de Sameh Zoabi (2019)
« Working Woman » de Michal Aviad (2018)
« Un havre de paix » de Yona Rozenkier (2018)
« Echo » d’Amikam Kovner et Assaf Snir (2018)

Un été de cinéma_3_frise de logos_2lignes

“Baktana – Lazuz” au International Fringe Festival 2019

/ SPECTACLE DE RUE

“Baktana” au International Fringe Festival 2019

Mardi 23 juillet, 19h30 et 20h30
Mercaz ha’Tseirim -12 rue Herzl, Beer Sheva

upld5ce157800de46332202548Du 23 au 25 juillet 2019 se tiendra le Festival International Fringe à Beer Sheva : 3 jours de performances musicales, spectacles pour toute la famille, cirque de rue et plus encore. Avec le soutien de l’Institut français d’Israël, la compagnie française Laluz présentera son spectacle “Baktana”. 

Baktana est une lucarne ouverte sur une rencontre entre deux hommes qui est loin d’aller de soi… L’un, jongleur obsédé par son monde d’objets volants, communique en manipulant ses massues. L’autre, acrobate, s’exprime à travers le mouvement. De malentendus en questionnements, leur curiosité les amène à une rencontre muette, de laquelle émane l’envie d’aller vers l’autre.

batkana1 72 dpi

Ph. Cie Baktana crédits : Frederic David

ENTREE LIBRE !

Fringe_logo

Rétrospective Moshé Mizrahi

/ CINEMA

Rétrospective Moshé Mizrahi
A partir du 25 juin 2019
Cinémathèques de Tel Aviv, Jérusalem, Haïfa, Herzliya et Sderot
800 x 350

Les cinémathèques de Tel Aviv, Jérusalem, Haïfa, Herzliya et Sderot rendent hommage au réalisateur et scénariste israélien Moshé Mizrahi décédé en août 2018 en proposant une rétrospective de ses films, pour certains dans une version restaurée, avec l’aide de TF1 Studio et le soutien de l’Institut français d’Israël.

Moshé Mizrahi a fait tourner de grands noms du cinéma français, comme Bernadette Lafont, Claude Rich, Simone Signoret, Jean Rochefort, Jacques Dutronc, Pierre Richard, Jacques Villeret, ou Bernard Blier. Le pôle catalogue de TF1 Studio qui administre les droits cinémas de 1000 films dont certains de Moshé Mizrahi a naturellement voulu soutenir l’initiative des cinémathèques israéliennes en apportant son concours au processus de restauration de trois des films présentés – « Les Stances à Sophie », « Une jeunesse », « Le Client de la morte saison » – en coopération avec les Archives Israéliennes du Cinéma – Cinémathèque de Jérusalem.

/ LES FILMS

le client de la morte saison 800 x 350
LE CLIENT DE LA MORTE SAISON (1970)
Tel Aviv 6/7, 14h, Jérusalem 6/7, 19h, Sderot 10/7, 20h30
Avec Hans Christian Blech, Claude Rich
Comédie Dramatique – 1h30
En Israël, un jeune Français occupe une chambre dans un hôtel qui appartient à un ancien nazi obsédé par son passé…
Nommé aux Golden Globe 1971 dans la catégorie Meilleur film en langue étrangère

les stances a sophie 800 x 350
LES STANCES A SOPHIE (1971)
Tel Aviv 7/7, 21h, Jérusalem 1/7, 18h, Sderot 31/7, 21h15, Haïfa 14/7, 20h15

Avec Micha Bayard, Bernadette Lafont, Michel Duchaussoy
Comédie Dramatique – 1h37
Céline, une jeune fille aux idéaux hippies, épouse Philippe, un homme d’affaires. Mais la vie tranquille d’un couple bourgeois n’est décidément pas pour elle…

rosa je t aime 800 x 350
ROSA JE T’AIME (1972)
Tel Aviv 5/7, 14h, Jérusalem 9/7, 18h, Herzliya 28/8, 21h, Sderot 17/7, 20h30, Haïfa 9/7, 20h

Avec Michal Bat-Adam, Gabi Otterman, Joseph Shiloach
Comédie Dramatique – 1h12
A la fin du siècle dernier, Rosa vit dans le vieux Jérusalem. Elle recueille chez elle le jeune frère encore adolescent de son mari, qu’elle devra plus tard épouser selon la tradition.
Nommé aux Oscar 1973 dans la catégorie Meilleur film étranger
3 nominations au Festival de Cannes 1972 (Grand prix, Prix du jury et Prix de la mise en scène)

la maison de la rue chelouche 800 x 350
LA MAISON DE LA RUE CHELOUCHE (1973)
Tel Aviv 8/7, 18h, Jérusalem 25/6, 18h30, Herzliya 20/7, 18h, Sderot 24/7, 19h30, Haïfa 12/7, 16h

Avec Gila Almagor, Ofer Shalhin, Michal Bat-Adam
Comédie Dramatique – 1h50
L’arrivée d’une famille sépharade d’Alexandrie en 1946 en Israël pendant des années décisives pour la création de l’Etat et l’histoire d’un adolescent de l’époque, de ses rapports avec sa mère, de leur installation dans un faubourg de Tel-Aviv.
Nommé aux Oscar 1974 dans la catégorie Meilleur film étranger

les fille a papa 800 x 350
LES FILLES A PAPA (1974)
Tel Aviv 9/7, 19h, Jérusalem 11/7, 21h30, Herzliya 17/7, 20h

Avec Shaike Ophir, Zaharira Harifai, Joseph Shiloach
Drame – 1h33
4 nominations au Festival de Cannes 1974 (Grand prix, Prix du jury, Prix du jury œcuménique et Grand Prix International du Festival)

la vie devant soi 800 x 350
LA VIE DEVANT SOI (1977)
Tel Aviv 17/7, 20h, Jérusalem 8/7, 20h30

Avec Simone Signoret, Geneviève Fontanel, Abder El Kebir
Comédie dramatique – 1h35
L’histoire de Mme Rosa, vieille habitante de Belleville, et de ses protégés, les mômes, dans un milieu difficile ou Arabes, Noirs, Juifs se côtoient.

Oscar du Meilleur film étranger en 1978
César de la Meilleure actrice pour Simone Signoret
Nommé pour le Golden Globes du Meilleur film en langue étrangère en 1978

chère inconnue 800 x 350
CHERE INCONNUE (1979)
Tel Aviv 18/7, 20h, Jérusalem 4/7, 18h, Herzliya 8/8, 20h30

Avec Delphine Seyrig, Simone Signoret, Jean Rochefort
Drame – 1h40
Louise, dévouée à son frère paraplégique, souffre cependant de sa solitude affective. Elle passe une petite annonce dans un journal local, mais c’est un frère qui, sans le savoir, lui répond.
Nommé aux Césars 1981 dans la catégorie Meilleure actrice dans un second rôle pour Delphine Seyrig

une jeunesse 800 x 350
UNE JEUNESSE (1983)
Tel Aviv 14/7, 21h, Jérusalem 20/7, 21h30

Avec Patrick Norbert, Ariane Lartéguy, Jacques Dutronc
Comédie dramatique – 1h40
L’itinéraire d’un jeune couple en marge, entre la France, la Suisse et l’Angleterre.

everything we say goodbye 800 x 350
EVERY TIME WE SAY GOODBYE (1986)
Tel Aviv 22/7, 19h, Jérusalem 15/7, 18h

Avec Tom Hanks, Cristina Marsillach, Benedict Taylor
Romance – 1h38
Pendant la seconde guerre mondiale, un aviateur américain qui sert dans la Royal Air Force se trouve à Jérusalem. Il tombe amoureux de Sarah, une jeune juive sépharade, qui partage son sentiment. La famille de cette dernière ne voit pas d’un très bon œil cette relation naissante…

mangeclous 800 x 350
MANGECLOUS (1988)
Tel Aviv 11/7, 18h30

Avec Pierre Richard, Jacques Villeret, Bernard Blier
Comédie dramatique – 1h58
Mangeclous, Saltiel, Salomon, Mattathias et Michael sont juifs, francais, naïfs, et surtout bons à rien. Ils reçoivent un chèque et une carte, sensé les aiguiller dans une recherche au trésor.

warburg 800 x 350
WARBURG : UN HOMME D’INFLUENCE (1992)
Tel Aviv 12/7, 13h, Jérusalem 16/7, 18h

Avec Sam Waterston, Julian Glover
2h30
L’un des Warburgs – une famille de riches banquiers juifs allemands – émigre en Grande-Bretagne juste avant la Seconde Guerre mondiale. Une mini-série en trois parties.

Femmes 800 x 350
FEMMES (1996)
Tel Aviv 23/7, 19h, Jérusalem 13/7, 21h30, Herzliya 28/8, 21h, Sderot 17/7, 20h30, Haïfa 9/7, 20h

Jérusalem au début du siècle. L’empire ottoman (Les Turcs) occupe la Palestine, Juifs, Arabes et Chrétiens vivent côte à côte dans un esprit de tolérance mutuelle. Un rabbin célèbre pour sa sagesse et son érudition est marié depuis 14 ans à Rebecca. Leur union n’a cependant engendré aucun enfant. Par amour pour son mari, et afin de lui assurer une progéniture, elle s’inspire de la Thora pour le convaincre de prendre une seconde épouse, qu’elle lui choisit, et qui pourra lui donner une descendance. Jacob se marie donc en grande pompe une seconde fois avec Sultana, une belle et jeune femme de 18 ans. Mais Rebecca sent qu’elle s’est piégée elle-même, car elle est dévorée par le démon de la jalousie, et cette union à trois est vouée à l’échec.

week end en galilee 800 x 350
WEEK-END EN GALILEE (2007)
Tel Aviv 13/7, 14h, Jérusalem 10/7, 18h

Avec Hanna Meron, Oded Teomi, Sharon Alexander
Comédie dramatique – 1h33min
Avner, professeur d’arts réputé et sa jeune épouse Ilana, viennent visiter la ferme familiale dirigée par Rachel et Shouki (ses enfants d’un premier mariage) et Menahem (le frère de sa défunte première épouse). Avner est souffrant. Rachel appelle Joel, un médecin et ami de la famille. Joel et Ilana entretiennent une relation secrète. Menahem est amoureux d’Ilana et Rachel a des sentiments pour Joel. Le film, inspiré de la pièce Oncle Vania de Tchekhov, est avant tout une histoire israélienne.

Interview de Patrick Nédellec

/ ENTRETIEN

« Israël, par la qualité de sa recherche, est un partenaire important pour le CNRS ». Interview de Patrick Nédellec, Directeur Europe de la recherche et coopération internationale du CNRS

Patrick Nédellec est Directeur Europe de la recherche et coopération internationale du Centre national de la recherche scientifique (CNRS). Il identifie Israël comme un partenaire cible pour le CNRS, qui souhaite renforcer les coopérations scientifiques avec ce pays. Interview.

photo P Nedellec

  • Quel intérêt le CNRS porte-t-il à Israël ?

Israël est un pays très dynamique qui investit fortement dans la recherche scientifique avec plusieurs institutions d’excellence reconnues au niveau européen et mondial. C’est aussi un pays qui est particulièrement riche dans les domaines de l’archéologie et de l’histoire et qui a développé une recherche très active dans les différents champs des sciences sociales.

Israël est aussi associé aux programmes cadres de l’Union Européenne pour la recherche et l’innovation et, à ce titre, ses principales universités sont des partenaires réguliers du CNRS dans le cadre des projets européens.

Enfin le modèle de la recherche israélienne avec un lien étroit entre les universités publiques, la recherche et l’innovation développée dans les entreprises est un modèle intéressant pour le CNRS.

En résumé, Israël, par la qualité de sa recherche, est un partenaire important pour le CNRS, mais nous pouvons et devons faire plus pour renforcer la recherche collaborative d’excellence entre la France et Israël.

 

  • Quelle est la stratégie du CNRS vis-à-vis d’Israël ?

Nous souhaitons accompagner nos chercheurs et les inciter à travailler davantage encore avec des collègues israéliens. De nombreuses collaborations existent de gré à gré, et nos chercheurs se connaissent bien : nous avons publié plus de 2 000 articles scientifiques avec des collègues israéliens depuis 2015. Il faut encourager ces coopérations en donnant les moyens à nos chercheurs de développer des projets de recherche ambitieux, mais aussi faire naître de nouvelles coopérations car il y a un fort potentiel. C’est pourquoi nous avons lancé cette année un appel à projet conjoint avec l’Institut Weizmann qui nous a permis de sélectionner 8 projets collaboratifs de recherche ambitieux : le CNRS et l’Institut Weizmann attribuent à leurs chercheurs lauréats deux bourses doctorales par projet et un financement de la mobilité entre nos deux pays, pour 3 ans. Cela permet aussi de créer les conditions de liens durables entre nos institutions quand ces doctorants continueront leur carrière de chercheurs.

Nous nouons aussi des relations institutionnelles avec les autres grandes universités de recherche israéliennes. Nous organisons par exemple conjointement avec l’Université de Tel Aviv un séminaire sur les études de genre cet automne, qui permettra à des chercheuses et chercheurs français et israéliens de mieux se connaître et peut-être d’initier des coopérations plus pérennes dans ce domaine.

 

  • Quelles sont les actions en cours du CNRS en Israël ?

Il existe de très nombreuses initiatives avec des niveaux de structuration différents. Le CNRS est par exemple partenaire d’institutions israéliennes dans 48 projets de recherche européens au total, ce qui donne l’ampleur de notre coopération institutionnalisée dans le cadre des programmes européens. Cinq de ces projets, qui impliquent souvent un grand nombre de partenaires européens dont Israël, sont directement coordonnés par le CNRS. Ces coopérations impliquent avant tout les grandes universités de recherche israéliennes qui sont nos partenaires naturels, mais aussi quelques entreprises israéliennes ou d’autres types d’institutions publiques comme l’autorité des antiquités israéliennes.

Si l’on se limite aux initiatives impulsées et directement soutenues par le CNRS, on peut mentionner quatre principaux projets structurés de coopération avec Israël dans différents domaines scientifiques. Notre investissement le plus fort concerne le Centre de recherche français de Jérusalem (CRFJ), qui est une unité de recherche conjointe avec le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, qui accueille une dizaine de chercheurs et doctorants français et couvre tous les domaines des sciences humaines et sociales, de l’archéologie à la sociologie. Nous soutenons aussi trois projets structurés dans le domaine de l’informatique fondamentale, des neurosciences et des nanosciences, en partenariat avec l’Institut Weizmann, l’Université de Tel Aviv et l’Université hébraïque de Jérusalem.

Mais nos chercheurs travaillent aussi dans bien d’autres domaines, puisqu’ils sont en moyenne plus de 400 à se rendre en Israël chaque année pour effectuer leurs recherches, dans toutes les disciplines. Cette vitalité des échanges est peut-être le meilleur signe de l’intérêt de nos communautés de recherche à travailler ensemble, et ce sont autant de nouvelles actions possibles dans les années à venir.

 

ATELIER UNIVERSITAIRE : Les écoles de mode en France

/ ATELIER UNIVERSITAIRE

Les écoles de mode en France

Le mardi 11 juin, 18h30

A l’Institut français de Tel Aviv

ENTREE LIBRE

modeUne rencontre organisée par le service Campus France, en charge de la promotion des études en France au sein de l’Institut français d’Israël

Vous aimez la mode et vous voulez en faire votre métier ? Pourquoi n’envisagez-vous pas de venir faire vos études en France, capitale mondiale de la mode ! Les écoles de mode en France ont une réputation internationale, en être diplômé constituera un atout sur votre CV en plus d’offrir un accès direct au marché européen.

L’équipe de Campus France organise une soirée d’information le mardi 11 juin 2019 à 18h30 sur les opportunités de formation dans le domaine de la mode en France. L’occasion idéale de s’informer sur les établissements enseignant la discipline, leurs programmes et débouchés. Venez poser toutes vos questions !  Vous découvrirez une large palette de formations et de métiers liée à l’univers de la création, de la mode et du textile (Esmod, Institut Marangoni, Institut français de la Mode (IFM), Ecole de Condé, Formamod,  Mod’art…).

La rencontre prévoit également un échange avec les alumni de ces écoles françaises.

Logo campus France

Eric Vuillard

/ RENCONTRE AVEC UN AUTEUR

Eric Vuillard – L’ordre du jour

(Editions Actes Sud, Prix Goncourt 2017)

Eric_Vuillard_B_05-2014_A.SavinRencontre le 15 mai à 19h30 dans l’auditorium de l’Institut français de Tel Aviv

L’Allemagne nazie a sa légende. On y voit une armée rapide, moderne, dont le triomphe parait inexorable. Mais si au fondement de ses premiers exploits se découvraient plutôt des marchandages, de vulgaires combinaisons d’intérêts ? Et si les glorieuses images de la Wehrmacht entrant triomphalement en Autriche dissimulaient un immense embouteillage de panzers ? Une simple panne ! Une démonstration magistrale et grinçante des coulisses de l’Anschluss par l’auteur de Tristesse de la terre et de 14 juillet.

Éric Vuillard, est écrivain et cinéaste. Il a réalisé deux films, L’homme qui marche et Mateo Falcone. Il est l’auteur de Conquistadors (Léo Scheer, 2009) récompensé par le Grand prix littéraire du Web – mention spéciale du jury 2009 et le prix Ignatius J. Reilly 2010. Il a reçu le prix Franz-Hessel 2012 et le prix Valery-Larbaud 2013 pour deux récits publiés chez Actes Sud, La bataille d’Occident et Congo ainsi que le prix Joseph-Kessel 2015 pour Tristesse de la terre, le prix Alexandre Viallate pour 14 juillet.

Rencontre en français.

En partenariat avec le Festival international du livre Mishkenot Sha’ananim, Jerusalem

Eric Vuillard sera l’invité du Festival international du livre Mishkenot Sha’ananim à Jérusalem pour deux rencontres en français (traduction en hébreu) :

  • Le 13 mai à 19h – rencontre animée par le journaliste Emmanuel HalperinEn savoir plus
  • Le 14 mai à 20h – rencontre animée par le journaliste Goël PintoEn savoir plus

770x180_new

Rétrospective Henri-Georges Clouzot

/ CINEMA

Rétrospective Henri-Georges Clouzot

A partir du 10 mai 2019

Dans les cinémathèques de Tel Aviv, Jérusalem et Herzliya

800 ס 350Les cinémathèques de Tel Aviv, Jérusalem et Herzliya consacrent une rétrospective des films du réalisateur français Henri-Georges Clouzot, maître du film noir, qui a mis en scène, dans des films devenus mythiques, Simone Signoret, Romy Schneider ou Yves Montand. Il est l’un des rares cinéastes au monde à avoir pu remporter dans sa carrière une Palme d’or (en 1953 au Festival de Cannes pour “Le salaire de la peur”), un Ours d’or (à Berlin pour “Le salaire de la peur”) et aussi un Lion d’or (Mostra de Venise, 1949, avec le film “Manon”).

Cette rétrospective sera l’occasion de voir ou de revoir, 4 films DCP dans leur version restaurée et 2 documentaires consacrés au cinéaste :

  • L’assassin habite au 21
  • Les diaboliques
  • Le salaire de la peur
  • Le mystère Picasso” (documentaire réalisé par Henri-Georges Clouzot avec Pablo Picasso, Prix du jury au festival de Cannes en 1956, déclaré “trésor national” par le gouvernement français)
  • “L’Enfer d’Henri-Georges Clouzot” de Serge Bromberg (documentaire)
  • “Le scandale Clouzot”, un film documentaire réalisé par Pierre-Henri Gibert, sur l’influence incontestable de Henri-Georges Clouzot sur les réalisateurs qui lui ont succédé. Le film offre un portrait de ce maître du suspense qui a su conjuguer grand spectacle et étude subtile des personnages. Projections le 22/5, 19h, à Tel Aviv, et le 29/5, 20h30, à Jérusalem.

Un voyage d’études en Israël riche en découvertes pour les étudiants de la SKEMA Business School

/ VOYAGE D’ETUDES

Un voyage d’études en Israël riche en découvertes pour les étudiants de la SKEMA Business School

Du 23 février au 3 mars, pour la troisième édition du Global Young Leader Program (GYLP), 30 étudiants de SKEMA Business School (SKEMA BS) sont partis en Israël dans le but de vivre une “learning experience” sans précédent. Ce programme unique a été fondé il y a trois ans en partenariat avec l’Université Ben-Gourion du Néguev (BGU) située à Beer Sheva. Il a pour but de faire partager aux étudiants de SKEMA BS les bonnes pratiques israéliennes dans les domaines de l’innovation et de l’entreprenariat. Au programme, entre autres, des visites d’entreprises telles que le centre de R&D d’Intel à Jérusalem et la rencontre de startups israéliennes au sein de l’incubateur Incubit Ventures.

Ph. Juliette Chauveau

Ph. Juliette Chauveau

Le programme de cette édition 2019 fut riche en apprentissages et en découvertes. Dès leur arrivée les étudiants ont suivi une journée de séminaire sur le leadership social avec le Professeur Pierre Kletz de l’Université Ben-Gourion du Néguev et Momo Mahadav, PDG de Maala, entreprise spécialisée dans la Responsabilité sociale des entreprises. Ce séjour fut aussi marqué par la participation au hackathon international “Bridging Gaps in Local Development Processes”, organisé au sein de l’Institut Jack, Joseph et Morton Mandel pour le Leadership Social de BGU en présence de 140 participants, parmi lesquels des doctorants, des membres du MBA de BGU et de futurs fonctionnaires municipaux israéliens et avec l’intervention du Maire de Beer Sheva, Ruvik Danilovich. L’objectif de ce hackathon ? Identifier les problèmes dans le développement de la mobilité pour les municipalités.

A Tel-Aviv, les étudiants du GYLP ont pu rencontrer l’Ambassadrice de France en Israël, Hélène Le Gal, avec qui, ils ont eu un échange sur les relations franco-israéliennes en matière d’économie, d’entrepreneuriat, de culture. Cette rencontre s’est soldée par un cocktail et une photo de famille avec le staff de l’Institut français d’Israël et des alumni de SKEMA BS installés à Tel-Aviv, invités dans le cadre du réseau France Alumni Israël.

 

Rédaction : Evrard Beyela, étudiant de la SKEMA Business School


SKEMA BUSINESS SCHOOL

Née en 2009 de la fusion ESC Lille et CERAM Business School, SKEMA est une business school implantée sur trois campus français et trois campus à l’international. SKEMA compte à ce jour 8 000 étudiants, 160 professeurs chercheurs et 40 000 diplômés.

FRANCE ALUMNI ISRAEL

Le réseau France Alumni Israël est un réseau d’anciens étudiants de l’enseignement supérieur français. Il permet de garder contact avec ses camarades de cours et de multiplier les opportunités professionnelles. N’hésitez pas à nous rejoindre sur ce réseau en créant votre compte : vous pourrez alors participer à nos activités et profiter de réductions sur les évènements de l’Institut français d’Israël !

L’Institut français d’Israël reçoit de nombreuses délégations étudiantes et accompagne les établissements français et israéliens pour tous leurs projets de coopération. N’hésitez pas à faire appel à nous !

 

LORSQUE LA GASTRONOMIE FRANCAISE RENCONTRE LES SAVEURS ISRAELIENNES

/ ETUDES EN FRANCE

Lorsque la gastronomie française rencontre les saveurs israéliennes

Comme chaque année depuis 7 ans, la Semaine de la gastronomie française en Israël, SO FRENCH SO FOOD,  est l’occasion de valoriser les formations en France dans le domaine de l’hôtellerie et de la restauration auprès du public israélien. Une semaine ponctuée de rencontres, ateliers et master class entre professionnels israéliens et français et futurs apprentis a permis de constater au plus près, sur le terrain, l’engouement pour ces formations d’excellence.  

Photos : Danya Weiner et Gil Aviram

Ph. Danya Weiner et Gil Aviram

Dans le cadre de la semaine de la gastronomie SO FRENCH SO FOOD qui s’est tenue du 10 au 13 février 2019, la participation de l’Institut Le Cordon Bleu Paris était très attendue. Premier réseau mondial d’arts culinaires et de management hôtelier, cet établissement jouit d’une grande renommée en Israël. Ce fût l’occasion pour cet établissement d’excellence de rencontrer d’anciens étudiants, notamment le chef israélien Meir Danon qui a ouvert sa propre école de gastronomie, the Danon Culinary Center, il y a 4 ans, sur le port de Tel-Aviv. La collaboration entre l’Institut Le Cordon Bleu et l’école de Meir Danon a été un franc succès. Des démonstrations culinaires ont été réalisées par le Chef-enseignant Christian Moine (Institut Le Cordon Bleu) durant 3 jours où les spécialités du Sud de la France ont été mises en exergue.

Par ailleurs, un dîner à 4 mains a été organisé au sein du restaurant « Goni » à Ramat Hasharon. Ce restaurant est dirigé par le chef Goni Burstein, ancien élève de l’Institut Le Cordon Bleu dont il a reçu le Grand Diplôme (cuisine et pâtisserie).

Alexandre Marine, représentant international de l’Institut Le Cordon Bleu, présent lors de cette 7e édition de la Semaine de la gastronomie française en Israël, a également animé un atelier Campus France pour présenter les formations proposées aux étudiants israéliens au sein de son établissement. « Israël regorge de profils intéressants » a-t-il témoigné. Cet atelier des « arts culinaires et hôtellerie » qui s’est déroulé le 11 mars à l’Institut français de Tel Aviv, en présence du chef Meir Danon, a accueilli une douzaine d’étudiants intéressés par les formations proposées et la perspective d’un échange direct avec Christian Moine et Alexandre Marine.

SO FRENCH SO FOOD était aussi présent dans la ville de Tibériade, en haute Galilée. Cette année, le Chef Stephan Miso, fondateur et directeur de l’IEM (Institut d’Excellence Miso), situé sur la Côte d’Azur, à Fréjus, qui propose des formations d’excellence en hôtellerie, restauration, tourisme et commerce, avait fait le déplacement pour participer à des masters class organisés à l’école culinaire israélienne Rimonim. La découverte du pays, de la culture israélienne a apporté « un nouveau souffle à l’épanouissement de sa carrière de formateur » s’est enthousiasmé Stephan Miso. « Ce fût un moment de partage et de convivialité où les techniques culinaires françaises se sont adaptées à la culture culinaire israélienne ». De potentiels échanges d’étudiants entre les deux établissements pourraient se concrétiser à l’avenir.

La France bénéficie sans nulle doute d’une légitimité incontestable sur le plan des formations en management hôtelier et restauration en Israël. La qualité et la diversité des enseignements proposés dans ce secteur sont à la fois reconnues et recherchées par les israéliens souhaitant poursuivre une carrière dans ce domaine.