Eric Vuillard

/ RENCONTRE AVEC UN AUTEUR

Eric Vuillard – L’ordre du jour

(Editions Actes Sud, Prix Goncourt 2017)

Eric_Vuillard_B_05-2014_A.SavinRencontre le 15 mai à 19h30 dans l’auditorium de l’Institut français de Tel Aviv

L’Allemagne nazie a sa légende. On y voit une armée rapide, moderne, dont le triomphe parait inexorable. Mais si au fondement de ses premiers exploits se découvraient plutôt des marchandages, de vulgaires combinaisons d’intérêts ? Et si les glorieuses images de la Wehrmacht entrant triomphalement en Autriche dissimulaient un immense embouteillage de panzers ? Une simple panne ! Une démonstration magistrale et grinçante des coulisses de l’Anschluss par l’auteur de Tristesse de la terre et de 14 juillet.

Éric Vuillard, est écrivain et cinéaste. Il a réalisé deux films, L’homme qui marche et Mateo Falcone. Il est l’auteur de Conquistadors (Léo Scheer, 2009) récompensé par le Grand prix littéraire du Web – mention spéciale du jury 2009 et le prix Ignatius J. Reilly 2010. Il a reçu le prix Franz-Hessel 2012 et le prix Valery-Larbaud 2013 pour deux récits publiés chez Actes Sud, La bataille d’Occident et Congo ainsi que le prix Joseph-Kessel 2015 pour Tristesse de la terre, le prix Alexandre Viallate pour 14 juillet.

Rencontre en français.

En partenariat avec le Festival international du livre Mishkenot Sha’ananim, Jerusalem

Eric Vuillard sera l’invité du Festival international du livre Mishkenot Sha’ananim à Jérusalem pour deux rencontres en français (traduction en hébreu) :

  • Le 13 mai à 19h – rencontre animée par le journaliste Emmanuel HalperinEn savoir plus
  • Le 14 mai à 20h – rencontre animée par le journaliste Goël PintoEn savoir plus

770x180_new

Pax Medicalis : programme de rencontres et conférences

/ RENCONTRES ET CONFERENCES

Pax Medicalis_logo2Dans le cadre d’un voyage d’études et de rencontres en Israël et territoires palestiniens, Pax Medicalis, une association regroupant les professionnels de santé de toute confession et nationalité, propose un programme de conférences et rencontres, en partenariat avec l’Institut français d’Israël : 

Le dimanche 5 mai, 19h30, Centre Neve Schechter, Neve Tsedek, Tel Aviv – COMPLET

Le lundi 6 mai, 19h, Institut français de Haïfa 

Delphine Horvilleur : “Réflexions sur la question antisémite”.

HORVILLEUR ph JF PAGA GRASSET_tel

Ph. Delphine Horvilleur – crédits : JF PAGA GRASSET

A Tel Aviv, la conférence sera animée en français par Daniel Shek, diplomate israélien et ancien ambassadeur d’Israël en France.

A Haïfa, la conférence sera animée par Roselyne Déry, attachée pour le livre.

En savoir plus

 

Le dimanche 12 mai, 19h30, Institut français de Tel Aviv

Projection du film “Les guerrières de la paix” suivie d’une rencontre avec les représentantes du mouvement Women Wage Peace

Voir la bande-annonce du film :

 

Le lundi 13 mai, 19h30, Institut français de Tel Aviv

Conférences 

avec :

Le Professeur Israël Nisand : “GPA en France et ailleurs, Transhumanisme :

Nos arrières-petits enfants se reproduiront-ils comme nous ?”

et le Professeur Patrick Fenichel : “Perturbateurs endocriniens : quels

risques pour la santé ? Effets transgénérationnels”

Bien qu’inscrits au programme du voyage organisé par Pax Medicalis, ces événements sont ouverts au grand public.

 

Pax Medicalis_logo

Marc Weitzmann

/ RENCONTRE AVEC UN AUTEUR

A l’initiative du FSJU Israël, tournée de conférences littéraires, avec :

Marc Weitzmann – Un temps pour haïr

(Editions Grasset, 2018)

Ph. Marc Weitzmann - Crédits : Olivier Roller

Ph. Marc Weitzmann – Crédits : Olivier Roller

Rencontre le 3 avril à 19h30 dans l’auditorium de l’Institut français de Tel Aviv, et le 4 avril à 19h00 à l’Institut français à Haïfa

Fruit d’un travail de quatre années, Un Temps pour haïr  est fondé sur des écoutes des services secrets; sur les comptes rendus de procès terroristes ; sur des rencontres avec les familles de djihadistes, des psychiatres, des enseignants ; sur l’analyse sémiotique des dialogues entre les équipes de tueurs ; mais aussi sur la reconstitution de chapitres méconnus de la colonisation et sur celle des réseaux d’extrême droite dans les années 1990.

Aucune porte ne se tient devant nous – porte de la guerre ou de la paix qu’il suffirait de franchir ou de refermer – mais au moins serons-nous mieux armés pour comprendre…

Un temps pour haïrMarc Weitzmann est romancier et collaborateur régulier de plusieurs grands supports, dont Le Monde et Tablet (NYC).  Il est notamment l’auteur d’Une matière inflammableMariage mixteFraternité et Une place dans le monde.

Le 3 avril, 19h30, Institut français de Tel Aviv  – Rencontre en français animée par le critique littéraire du quotidien Haaretz, Benny Ziffer. 

Le 4 avril, 19h00, Institut français de Haïfa – Entrée libre, rencontre en français et animée par Tilla Rudel, Attachée culturelle. 

En partenariat avec :

logo-fsju-israel-2016-FR

 

 

Marc Weitzmann sera également le 1er avril  à 10h30 à l’espace Wizo de Netanya, 13 rue Mac Donald.

Ralph Toledano

/ RENCONTRE AVEC UN AUTEUR

Ralph Toledano s’entretient avec Roselyne Déry, attachée pour le livre, Institut français d’Israël

Autour de son roman : Le retour du phénix – Editions Albin Michel, 2018

Mercredi 20 février à 19.30

Auditorium de l’Institut français de Tel Aviv

Ralph Toledano_crédit Diane Safra

Ph. Ralph Toledano crédit Diane Safra

L’Institut français de Tel Aviv propose cette année encore un cycle de rencontres avec un auteur. Destiné au grand public, ce cycle de conférences permettra à tous de directement s’entretenir avec des écrivains et écrivaines sur leurs dernières publications. La première rencontre est prévue le mercredi 20 février, à 19h30, avec Ralph Toledano pour son roman, Le retour du Phénix, publié aux éditions Albin Michel en 2018. 

Voyage initiatique dans les mystères du monde d’hier, à travers les villes éternelles que sont Rome et Jérusalem, Le Retour du phénix est un roman intemporel dans lequel Ralph Toledano, auteur de Un prince à Casablanca (La Grande Ourse, 2013) et de Revoir Tanger (La Grande Ourse, 2015 – Prix Alberto Benveniste), suggère avec subtilité que « notre seul combat légitime est la courageuse conquête de notre clarté et de notre cohérence. »

Le retour du phénixRalph Toledano est écrivain et également historien d’art et expert en peinture italienne.

Mati Ben Avraham: Israël depuis 1948

 / LIVRE

 

Mati Ben Avraham autour de son livre Israël depuis 1948
(Ateliers Henry Dougier 2018)
Mercredi 6 Juin, 19h00
Institut Français de Haïfa

Mati ben Avraham 3

Israël, les coulisses de l’Histoire : (re)découvrir 70 ans d’histoires à travers
12 événements-clés contés par des témoins essentiels
2018 marque les 70 ans du vieil et pourtant si jeune Etat d’Israël. Bien sûr, on a l’impression de connaître son histoire parce qu’on l’a lue ou apprise sur les bancs d’école. Mais l’auteur nous propose ici les coulisses, les récits de celles et ceux qui ont vécu et participé à ces grands bouleversements.
oixante-dix années riches en événements que ce livre raconte, non pas à la manière d’un livre d’Histoire,mais d’un livre d’histoires.
La création de l’Etat d’Israël ouvre le cycle, un accouchement dans la douleur raconté par Amos Horev, l’un des derniers dinosaures de ces temps d’enfantement.
En 1967, Michael Bar-Zohar, autre témoin du livre, participe à la Guerre des Six Jours, où il conjugue activités politiques et obligations de soldat.
Métamorphoses d’Israël revient également sur la Guerre de
Kippour en octobre 1973, l’assassinat d’Yitzhak Rabin en 1995, l’installation en Israël des différentes populations de la diaspora juive depuis 1948…
Jusqu’au professeur Yitzhak Ben-Israël qui boucle le cycle des métamorphoses, avec cette question : comment Israël est devenu une « nation start-up » ?
Douze dates, douze métamorphoses, douze voix narrant autant d’évènements qui ont impacté la société israélienne, pour en faire ce qu’elle est et esquissé, peut-être, ce qu’elle sera demain.

Mati ben Avraham 1

 

Mati Ben-Avraham est journaliste indépendant, établi en Israël depuis octobre 1973. Réalisateur à la Télévision publique israélienne, il a rejoint  le service des programmes en français de Kol Israël en 1982 et enfin le Desk des informations en français qu’il a dirigé de 1995 à 2005. De 2006 à 2012, il a été l’éditorialiste politique du site IsraëlValley.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

..

Mati Ben-Avraham est journaliste indépendant à Jérusalem. Il a été le rédacteur en chef du service des informations en langue française de la radio israélienne mais aussi un réalisateur sur la première chaîne de télévision israélienne.

 

Face aux subjectivités de notre temps, quelle formation pour le psychanalyste aujourd’hui ? Enjeux cliniques et politiques

/ CONFERENCE

Hervé Castanet : Face aux subjectivités de notre temps, quelle   formation pour le psychanalyste aujourd’hui ?

Enjeux cliniques et politiques
Jeudi 26 avril 2018, 19h30
Institut français de Tel Aviv

Soirée organisée par le GIEP (Société Israélienne de Psychanalyse de la Nouvelle ‘Ecole Lacanienne) en partenariat avec l’Institut Français d’Israël.

Capture d’écran 2018-04-10 à 14.48.17 copieHervé Castanet est auteur d’une vingtaine d’ouvrages de psychanalyse sur la clinique de l’homosexualité, de la psychose, de la perversion et des nouages de l’art, la littérature et la psychanalyse.

Il dirige également de nombreux ouvrages collectifs pour penser la clinique autrement, notamment à partir du dernier enseignement de Lacan.

Par ailleurs, Il est fondateur et directeur de la revue Il Particolare, qui publie de la poésie, des textes sur l’art et des articles de théorie critique. Il est coordinateur de la Section clinique d’Aix-Marseille (dispositif d’enseignement clinique sous les auspices du Département de psychanalyse, Université Paris VIII), et directeur du Centre psychanalytique de consultation et traitement Marseille-Aubagne.

Hervé Castanet nous entretiendra de la formation du psychanalyste de nos jours, et de sa place dans la Cité.

Hervé Castanet animera également une conférence en français sur le thème “Recrudescence des attentats en France au nom de la religion comme expression d’un malaise contemporain. Qu’en dit la psychanalyse ?” le mardi 24 avril de 18h à 19h30 dans le cadre du Forum de culture française de l’Université de Tel Aviv. En savoir plus

Shimon Peres, l’artisan de l’amitié franco-israélienne

/ RENCONTRE AVEC UN AUTEUR

Tsvia Walden : Shimon Peres, l’artisan de l’amitié franco-israélienne
La fille de Shimon Peres, Tsvia Walden revient sur le livre-testament de son père Aucun rêve n’est impossible (Ed. Baker Street, novembre 2017)
Mardi 10 avril, 19h30
Institut français de Tel Aviv, Rothschild 7

Aucun-reve-n-est-impoible 326 x 466“Il ne savait pas que c’était impossible, alors il l’a fait”. Cette phrase de l’écrivain américain Mark Twain résume l’idée du livre posthume de l’ancien Président de l’Etat d’Israël, Shimon Peres, Aucun rêve n’est impossible. Le livre est aujourd’hui présenté par sa fille, Tsvia Walden, invitée de l’Institut français. L’occasion de revenir avec elle sur la relation durable que Shimon Peres a réussi à bâtir entre la France et Israël.

Shimon Peres, dans un souci de transmission aux générations futures, l’année précédant sa disparition, a choisi de raconter six épisodes marquants de son impressionnante longévité politique au service de son pays.

“N’oublies pas que tu es juif” ces derniers mots du grand père laissé sur le quai de gare du petit village polonais, au petit fils de onze ans qui s’embarque vers “la terre promise à son peuple”, est un éclairage précieux sur le parcours du futur Président de l’Etat d’Israël.
Le destin s’emballe très vite pour celui qui aura appris à cultiver la terre et garder les moutons puisque remarqué par David Ben Gurion, il en deviendra l’un des plus jeunes conseillers.
Tout au long des épisodes sélectionnés – illustrant le combat physique et moral de l’homme politique et de l’homme tout simplement – on lit l’engagement à faire d’Israël une puissance militaire, nucléaire et enfin technologique. On voit aussi se dessiner un esprit visionnaire doté, outre d’une obstination hors du commun, d’un sens intuitif exceptionnel quand il décide, contre l’avis de tous, de se tourner vers la France.
“Une alliance avec la France était mon rêve impossible et je l’ai poursuivi”, dira Shimon Peres.
“Ils voyaient en moi une autre version d’eux-mêmes et à partir de là, un lien indescriptible s’est formé entre eux et moi”

La rencontre avec Tsvia Walden autour du livre de son père permettra d’éclairer les étapes d’un parcours hors du commun.

 

 

 

 

12ème séminaire de philosophie continentale

/ PHILOSOPHIE

12e séminaire de philosophie continentale  “Penser, par-delà les conventions”

Série de conférences de janvier à juin 2018 (en hébreu) 
De 10h30 à 12h
Institut français de Tel Aviv

slide showV2 600 x 250

L’Institut français d’Israël et le séminaire de philosophie continentale sont heureux de vous annoncer l’ouverture du 12ème séminaire de philosophie continental à l’Institut français de Tel Aviv du 12 janvier au 29 juin pour 16 conférences en hébreu autour du thème : “Penser, par-delà les conventions”

Ce séminaire s’inscrit dans les activités d’un groupe de chercheurs et chercheuses issus d’Universités israéliennes et de l’École des beaux-arts de Bezalel.  Ils  tentent ensemble de construire une communauté de dialogue autour des relations entre la philosophie continentale française et allemande et le contexte israélien.

Calendrier des conférences du 12ème séminaire de philosophie continentale :

12 janvier 2018
Pr. Moshe Zuckerman (Université de Tel Aviv) : La dialectique des Lumières – réexamen

26 janvier 2018
Lectures du livre de la Genèse au seuil de l’herméneutique :
Dr. Itzhak Benyamini (Université de Haifa, Bezalel, Resling), “Confrontations théologiques” Yishai Mevorach (Yehuda), “la tour de Babel et l’inconscient”.

9 février 2018
Dr. Itzhak Benyamini et Yishai Mevorach : “le va-vers-toi-même et l’action humaine”.

23 février 2018 – 13h30 – 15h
Postcolonialisme
Pr. Eran Dorfman (Université de Tel Aviv) : “Le (post-)colonialisme et son double”

2 mars 2018 (11h30 à 13h)
Dr. Yoel Regev (Université européenne de Saint Pétersbourg) : “De hyper chaos à time dj : la pensée spéculative de la dernière décennie et la dialectique matérialiste de la combinaison”

23 mars 2018
Lire Heidegger
Dr. Rachel Even : “L’origine de la philosophie” 

20 avril 2018
Lire Heidegger
Dr. Dror Pimental (Bezalel) et Lilach Levin (Bezalel) : “Habitat et étrangeté : le concept de maison entre Etre et temps et La lettre sur l’humanisme

27 avril 2018
Lire Heidegger
Dr. Ronny Klein (Université de Tel Aviv) : “Heidegger et la technologie : jadis et aujourd’hui »

11 mai 2018
Idan Zivoni (Resling) : “La perte de la langue comme traumatisme”

18 mai 2018
Postcolonialisme
Dr. Itamar Mann (Université de Haïfa) : “L’État des réfugiés” – La conférence est reporté à une date ultérieure

25 mai 2018
Dr. Raphael Zagury-Orly (Sciences Po Paris) : “Une catastrophe qui n’est pas une apocalypse” (13h à 14h30)

8 juin 2018
Post-Conscience
Pr. Miriam Reiner, (Technion), Docteur Daniel Landau, (IDC), Dr. Doron Freidman, (IDC) : “Conscience et post-conscience comme point de rencontre entre la neuroscience et l’art”

15 juin 2018
Post-conscience
Dr. Lyat Fridman (Bezalel ), Dr. Galit Wellner (Wizo Haïfa et Université de Tel Aviv), Dr. Roy Brand (Bezalel) : “Post-conscience à l’ère de l’intelligence artificielle”

22 juin 2018
Post-conscience
Dr. Yaron Senderowicz (Université de Tel Aviv), Dr. Dror Pimental (Bezalel) : “La possibilité de la conscience” chez Husserl et Heidegger

29 juin 2018
Postcolonialisme
Pr. Yehuda Shenhav : “L’arabe sous une plume juive “
الْعَرَبِيَّة بقلم يهودي

6 juillet 2018 
Postcolonialisme
Dr. Ronit Peleg (Université de Tel Aviv, Université Hébraïque de Jérusalem) : “Le piège du discours libéral des droits : réflexions inspirées de Franz Fanon et Achille Mbembe”
Dr. Aïm Deüelle Lüski (Université de Tel Aviv, Bezalel : “Autres réflexions sur l’âge des lumières : Achille Mbembe – Critique de la raison nègre

Rencontre avec Robert Bober

/ RENCONTRE AVEC UN AUTEUR

Rencontre avec Robert Bober
Auteur de “Vienne avant la nuit” publié aux Editions POL 2017
Jeudi 21 décembre à 19h30
Institut français de Tel Aviv
600 x 300

Invité dans le cadre du “Festival du film juif de Jérusalem”, Robert Bober présentera le film “Vienne avant la nuit” à partir duquel il a conçu le livre éponyme. Robert Bober sera à l’Institut français de Tel Aviv pour présenter ce récit autobiographique : il répondra aux questions de Michèle Tauber, spécialiste de littérature hébraïque, interprète de chansons en yiddish et en hébreu.

Dans les premières années du siècle dernier, l’arrière-grand-père de Robert Bober, Wolf Leïb Fränkel, tenta d’émigrer aux Etats-Unis, en avant-garde de sa famille restée en Pologne. Refoulé à Ellis Island, il décida de s’installer en Autriche, à Vienne, où la vie était pour les Juifs plus facile qu’en Pologne, et il y fit venir sa femme et ses enfants. Wolf Leïb Fränkel est mort en 1929, avant que la nuit nazie ne tombe sur l’Europe. A l’époque, Vienne était une ville cosmopolite, ouverte, une capitale intellectuelle et artistique, effervescente.

Dans Vienne avant la nuit, Robert Bober part à la recherche de son arrière-grand-père. Il remonte aux sources du nazisme en Autriche et signe un chef d’œuvre de délicatesse pour évoquer un terrible passé.

Robert Bober est né à Berlin en 1931, sa famille a fui le nazisme et s’est réfugiée à Paris en 1933. Bober est par la suite devenu réalisateur : il est l’auteur de plus de cent films documentaires et a reçu en 1991 le Grand Prix de la Société Civile des Auteurs Multimédia pour l’ensemble de son œuvre.

 

 

« Je, Emile Ajar »

/ SOIREE LITTERAIRE

« Je, Emile Ajar »

Le mardi 5 décembre 2017, 19h30

Institut français de Tel Aviv

Ph. Romain Gary ©Jacques Robert - Gallimard

Ph. Romain Gary ©Jacques Robert – Gallimard

A l’occasion de la sortie hébraïque de Gros-Câlin, de Romain Gary/Emile Ajar aux Editions Am Oved, traduit en hébreu par Dorit Shilo. L’Institut français de Tel-Aviv propose une conversation littéraire entre trois traducteurs de Romain Gary : Rama Ayalon, Nir Ratzkovsky et Dorit Shilo.

Monsieur Cousin, mène la vie banale d’un employé de bureau…sauf qu’il vit avec un python de deux mètres vingt de long, rapporté d’Afrique, dont il est épris… Gros-Câlin, écrit par Romain Gary à l’âge de 60 ans, est la première œuvre signée du pseudonyme Emile Ajar. Rama Ayalon, Nir Ratzkovsky et Dorit Shilo ont tous trois traduit Romain Gary / Emile Ajar. Quelles différences ont-ils décelé dans l’écriture, le style, le ton, voire les idées, selon que l’écrivain signait de son nom ou de son pseudonyme ?

La soirée sera ponctuée d’extraits de Gros-Câlin lus en hébreu par l’auteure Alona Kimhi. La discussion sera animée par la journaliste Emmanuelle Elbaz-Phelps (Aroutz 10).

Soirée en hébreu. Vente de livres à l’issue de la soirée.