Saison France-Israël 2018

/ EVENEMENT

Saison France Israël 2018 
120 évènements français en Israël !

A partir du 31 mai jusqu’à  fin novembre 2018

33872643_2101841930093643_8012533044290256896_o

Décidée au plus haut niveau des deux Etats, la Saison France-Israël 2018 se déroulera de manière simultanée dans les deux pays entre les mois de juin et de novembre 2018. Elle sera centrée sur l’innovation, la création et la jeunesse qui sont les axes majeurs d’un dialogue tourné vers l’avenir.

La Saison France-Israël 2018 a ainsi pour ambition de montrer la vitalité de la relation bilatérale dans les domaines culturels et scientifiques, de marquer une nouvelle étape dans les relations économiques et de renouveler le regard que portent les Français sur Israël et les Israéliens sur la France.

Mobilisée autour d’institutions, de savants, d’intellectuels et d’artistes engagés dans le dialogue franco-israélien depuis plusieurs années, la Saison France-Israël 2018 encourage aussi de nouvelles coopérations et promeut la rencontre entre la « Start-up nation » et la « French-Tech ».

A travers plus de 400 événements dans les deux pays, la Saison France-Israël 2018 résonnera dans une cinquantaine de villes en France et une vingtaine de villes en Israël autour de thèmes variés tels que l’innovation , les sciences, l’économie, le théâtre, la danse, l’art contemporain, la musique, l’éducation, le cinéma, le design, le livre et le débat d’idées.

Suivez l’actualité de la saison France Israël 2018 :

Sur le site officiel de la saisonwww.israelfranceseason.com

Sur les réseaux sociaux de la saison : 
Facebook
Instagram
Twitter

Sur les réseaux sociaux de l’Institut français d’Israël :
Facebook 

Sur les réseaux sociaux de l’Ambassade de France en Israël :
Facebook

Instagram
Twitter

Season Isr-Fr 2018_Instit-Block_300DPI_CMJN_def

Mati Ben Avraham: Israël depuis 1948

 / LIVRE

 

Mati Ben Avraham autour de son livre Israël depuis 1948
(Ateliers Henry Dougier 2018)
Mercredi 6 Juin, 19h00
Institut Français de Haïfa

Mati ben Avraham 3

Israël, les coulisses de l’Histoire : (re)découvrir 70 ans d’histoires à travers
12 événements-clés contés par des témoins essentiels
2018 marque les 70 ans du vieil et pourtant si jeune Etat d’Israël. Bien sûr, on a l’impression de connaître son histoire parce qu’on l’a lue ou apprise sur les bancs d’école. Mais l’auteur nous propose ici les coulisses, les récits de celles et ceux qui ont vécu et participé à ces grands bouleversements.
oixante-dix années riches en événements que ce livre raconte, non pas à la manière d’un livre d’Histoire,mais d’un livre d’histoires.
La création de l’Etat d’Israël ouvre le cycle, un accouchement dans la douleur raconté par Amos Horev, l’un des derniers dinosaures de ces temps d’enfantement.
En 1967, Michael Bar-Zohar, autre témoin du livre, participe à la Guerre des Six Jours, où il conjugue activités politiques et obligations de soldat.
Métamorphoses d’Israël revient également sur la Guerre de
Kippour en octobre 1973, l’assassinat d’Yitzhak Rabin en 1995, l’installation en Israël des différentes populations de la diaspora juive depuis 1948…
Jusqu’au professeur Yitzhak Ben-Israël qui boucle le cycle des métamorphoses, avec cette question : comment Israël est devenu une « nation start-up » ?
Douze dates, douze métamorphoses, douze voix narrant autant d’évènements qui ont impacté la société israélienne, pour en faire ce qu’elle est et esquissé, peut-être, ce qu’elle sera demain.

Mati ben Avraham 1

 

Mati Ben-Avraham est journaliste indépendant, établi en Israël depuis octobre 1973. Réalisateur à la Télévision publique israélienne, il a rejoint  le service des programmes en français de Kol Israël en 1982 et enfin le Desk des informations en français qu’il a dirigé de 1995 à 2005. De 2006 à 2012, il a été l’éditorialiste politique du site IsraëlValley.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

..

Mati Ben-Avraham est journaliste indépendant à Jérusalem. Il a été le rédacteur en chef du service des informations en langue française de la radio israélienne mais aussi un réalisateur sur la première chaîne de télévision israélienne.

 

4e Nuit de la Philosophie

/ EVENEMENT

NUIT DE LA PHILOSOPHIE – 4e édition

A l’Institut français de Tel Aviv et aux alentours
Jeudi 31 mai à partir de 19h jusqu’au milieu de la nuit

Commissaire : Raphael Zagury-Orly

 

085_08_philosophy_night_2018_600X250_b

Un itinéraire philosophique nocturne exceptionnel et festif – et totalement gratuit !
Vous verrez la philosophie sous un tout autre jour – de nuit !

Pour la quatrième année consécutive, l’Institut français d’Israël et le Goethe Institut proposent une nouvelle Nuit de la philosophie à Tel Aviv le 31 mai 2018. L’événement ouvrira la Saison France Israël 2018 et se prolongera les 3 et 4 juin par un colloque sur « Mai 68, cinquante ans après : les héritages de la contestation ». 

Cet événement unique réunira dix-huit philosophes et intellectuels français, allemands et autrichiens, ainsi qu’une philosophe américaine, tous de notoriété internationale et plus de quatre-vingts intellectuels israéliens de renom. A travers des thématiques et des formats multiples, ces penseurs débattront et poseront ensemble les questions essentielles propres à nos sociétés contemporaines.

La Nuit aura pour épicentre l’Institut français de Tel Aviv, boulevard Rothschild, et se déroulera simultanément aux alentours dans 13 lieux partenaires, tous accessibles à pied.

Cette année, la nuit de la philosophie se prolongera les 3 et 4 juin par un colloque sur « Mai 68, cinquante ans après : les héritages de la contestation », fruit d’une coopération entre l’Institut français d’Israël, Sciences Po Paris et l’Université de Tel Aviv où il se tiendra. Ce colloque se terminera par une projection du film de Marin Karmitz, « Coup pour coup », le 4 juin à 19h à la cinémathèque de Tel Aviv (colloque et discussion en anglais). En savoir plus

***

/ PROGRAMME DE L’EVENEMENT – JEUDI 31 MAI

A 19h, la 4ème édition Nuit de la philosophie sera lancée sur la terrasse de l’Institut français de Tel Aviv, au 7 boulevard Rothschild, par l’ambassadrice de France en Israël, Mme Hélène Le Gal, et l’ambassadeur d’Allemagne en Israël, le Dr. Clemens von Goetze. Seront également présents les deux commissaires de la Saison croisée France-Israël, Cécile Caillou-Robert, commissaire de la saison française en Israël, et Emmanuel Halperin, commissaire de la saison israélienne en France, et Anne Tallineau, directrice de l’Institut Français (Paris).

L’ouverture se poursuivra par une discussion inaugurale du Pr Lionel Naccache avec le Pr Michel Revel sur le thème “Cerveau et innovation, ou comment faire du neuf avec du vieux”.

Cliquez sur les lieux partenaires pour découvrir le programme proposé dans chacun d’eux … 

Terrasse de l’Institut français - Ouverture
7 bd Rothschild

Auditorium de l’Institut français
7 bd Rothschild

«La Closerie», médiathèque de l’Institut français
6 rue Herzl

Pavillon de la Démocratie israélienne
Place devant l’Institut français de Tel Aviv – 1 bd Rothschild

Hôtel Lily and Bloom
48 rue Lilienblum

Beit Alma
6, rue Shadal

Abraham Hostel
21, rue Levontin

Meet in Place
8 bd Rothschild

Librairie Tola’at Sfarim
7 rue Mazeh

Galerie Chelouche
7 rue Mazeh

Centre pour l’Art Contemporain (CCA)
2a rue Tsadok Hacohen

Café Rega
57 rue Sheinkin

Restaurant La Cantina
71 bd Rothschild

icon-reservation 1

Téléchargez le programme 

***

Merci à nos partenaires : 

NDP2018_frise de logo

Le siècle des femmes, une révolution silencieuse

/ CONFERENCE

Docteur Anita Izcovich: Le siècle des femmes, une révolution silencieuse
Conférence proposée par le Forum Tel Aviv du Champ Lacanien en partenariat avec l’Institut français d’Israël
Vendredi 11 mai de 13h à 17h
Institut français de Tel Aviv
image 1
Deux thèmes seront traités lors de cette après-midi : Les énigmes du désir féminin et Les femmes et l’acte créateur. La conférence est animée par le Docteur Anita Izcovich, psychanalyste, membre de l’International des Forums du Champ lacanien et de son Ecole de psychanalyse.  La conférence est modérée par Eduardo Minesas, ainsi que par Daphna Benzaken, tous les deux sont psychologues cliniciens, psychanalystes, membres fondateurs du Forum Tel Aviv du Champ Lacanien et membres de l’Ecole de Psychanalyse des Forums du Champ Lacanien

Les énigmes du désir féminin : 
Qu’est-ce qu’une femme, comment la définir ? Quelle est l’essence du désir d’une femme pour un homme, quelle est-elle comme objet de désir ? Si au siècle dernier il y a eu la révolution sexuelle, il y a aussi eu un autre type de révolution avec la psychanalyse qui, par contre, a découvert ce qui jusque-là était le versant silencieux de l’inconscient.  C’est ainsi que Freud a fait parler le désir inconscient des femmes hystériques, en s’interrogeant sur la fin de l’analyse et le roc de la castration, en aboutissant à son impasse chez la femme. Il s’agira de développer comment Lacan, à partir de la théorie freudienne, a conceptualisé ce qui ne peut se dire d’une femme et de l’inexistence du rapport sexuel, pour saisir comment on peut, dans une analyse, cerner la cause de son désir au plus près de l’impossible à dire.

Les femmes et l’acte créateur : 
Il s’agira d’explorer ce qui constitue l’acte créateur, à partir de quel vide opère-t-il, naît-il d’un exil de soi et d’une profonde déchirure du semblant ? Comment la création peut-elle avoir une telle puissance pour incarner la femme qui paradoxalement n’existe pas ? Nous éluciderons le rapport de l’acte créateur avec ce qui ne peut se dire d’une femme, dans des effets entre présence et absence, sur la frontière entre savoir et jouissance. Nous prendrons l’exemple de Sarah Bernhardt qui situait l’excentricité de sa création sur la frontière entre la vie et la mort, en apprenant ses rôles dans son élégant cercueil d’argent. Quant à Marlène Dietrich, elle se donnait des airs de femme en se faisant absente à elle-même. Et si Marilyn Monroe a fait jaillir la puissance d’une image à partir de la coupure de son être, c’est pour incarner la femme qui paradoxalement n’existe pas.

Docteur Anita Izcovich :
Elle enseigne actuellement au Collège de clinique psychanalytique de Paris et exerce la psychanalyse à Paris. Parmi ses publications se comptent: Le corps précieux, Éditions du Champ Lacanien, Paris, 2003; Des sciences à la psychanalyse,L’Harmattan, Paris, 2007; La femme, la lettre et l’image, Éditions Stilus, Paris, 2016; La malédiction sur le sexe, Éditions Stilus, Paris,  2017.

Autres activités :
Le samedi 12 mai entre 14h et 15h15 se tiendra à Beit Zioni America, 26 rue Ibn Gvirol une discussion sur la politique actuelle des Forums et entre 15h15 et 17h15 la présentation d’un cas clinique suivie d’une discussion. Ces activités sont adressées aux membres du Forum Tel Aviv, étudiants de l’Espace Clinique, participants des groupes d’étude du Forum et invités. Les frais de participation aux activités, pour les non- membres du Forum Tel Aviv, est de 80 NIS.
Renseignements et inscription s’adresser à: Eduardo Minesas – tel. 050-7226370 –eminesas@gmail.com

cropped-logo-heb

 

CAFE DES SCIENCES #5 / Dr. Hagar Landsman-Peles : “Le mystère de la matière noire”

/ CAFE DES SCIENCE #5 

“Le mystère de la matière noire”

Une discussion animée par le Dr. Hagar Landsman-Peles, chercheuse à l’institut Weizmann.

Lundi 7 mai à 20h au bar « BuXa », 31 boulevard Rothschild, Tel Aviv

En anglais – entrée libre

Café des sciences_évT FB_#5A l’occasion de la 5ème édition du Café des Sciences, l’Institut français d’Israël vous invite à mieux comprendre la matière noire lors d’une soirée en compagnie d’une spécialiste du sujet, le Dr. Hagar Landsman-Peles, le lundi 7 mai à 20h au BuXa Bar à Tel Aviv.

Le « Café des Sciences », organisé par l’Institut français d’Israël, propose aux passionnés de science, simples curieux ou profanes de discuter de sujets scientifiques pointus mais de façon vulgarisée avec des chercheurs et universitaires experts dans leur domaine. Pour cette cinquième édition, c’est le Dr. Hagar Landsman-Peles, chercheuse à l’Institut Weizmann dans le Département de physique des particules et d’astrophysique, qui interviendra sur son sujet de prédilection – « le mystère de la matière noire ».

Quelle est cette matière que l’on ne voit pas mais qui compte pour 80% de la masse totale de l’univers ? C’est l’un des plus grands mystères de notre siècle que des scientifiques du monde entier tentent d’élucider. Si la matière noire n’affecte pas les lois de la physique qui régissent le quotidien sur Terre et si elle est invisible, elle est quand même responsable de la stabilité des galaxies : sans elle, notre Voie lactée volerait en éclat. Si cette mystérieuse substance venait à disparaître, notre Terre orbiterait autour d’une étoile errante et notre ciel nocturne perdrait ses étoiles. La recherche sur la matière noire comporte deux volets principaux. Le premier emprunte des outils à l’astrophysique et consiste en l’étude de l’influence de la matière noire sur les grandes structures de l’univers telles que les galaxies, les amas et superamas. Le second utilise la physique des particules et s’attache à déterminer la nature exacte de cette matière. A l’occasion de ce cinquième Café des Sciences, le Dr. Hagar Landsman-Peles fera le point sur l’état actuel des recherches sur le sujet.

Le Café des Sciences est un événement proposé en anglais par l’Institut français d’Israël grâce à l’implication de cinq jeunes chercheurs français, intégrés dans des laboratoires israéliens. Les rencontres organisées dans le cadre du « Café des Sciences » sont proposées tous les deux mois environ, occasion pour un ou deux scientifiques de partager leurs travaux et rendre accessible la recherche française et israélienne à tous les publics, valorisant la coopération de nos deux communautés scientifiques.

Continue reading

Gérard Rabinovitch : La shoah, rupture dans la civilisation

/ CONFERENCE

Gérard Rabinovitch : La shoah, rupture dans la civilisation

L’Institut des savoirs – Israël : histoire et sociétés

Vendredi 4 mai 2018,  11h

Institut français de Tel Aviv

9782240046581Gérard Rabinovitch présentera, autour de son dernier livre Leçons de la Shoah, (éditions Canopé), une thèse : un choc hante les civilisations, non pas entre elles, mais interne à chacune d’elles : entre civilisation de vie et civilisation de mort.
Ce choc entre civilisation de vie et civilisation de mort est le seul «choc» légitimement explorable et nommable des civilisations, depuis ces courants contradictoires traversant toutes nos cultures.
Gérard Rabinovitch proposera un éclairage original sur ce que la Shoah appelle de remises en perspective cognitives, de synthèses alertées, d’avertissements éthiques, prenant mesure de la rupture de civilisation qui s’est produite là, dont nos vies contemporaines restent tributaires.

Ph. Gérard Rabinovitch©Pascal AmoyelGérard Rabinovitch est philosophe et sociologue, chercheur au CNRS, chercheur associé au centre de recherche « Psychanalyse, médecine et société » de l’université Paris VII. Il est également directeur des
programmes de l’Institut européen Emmanuel Levinas de l’AIU (Alliance israélite universelle). Ses travaux et réflexions portent sur les crises civilisationnelles de l’époque moderne et contemporaine. Il a été le
commissaire scientifique de l’exposition « Survivre. Les enfants dans la Shoah » du Mémorial de Caen (2009) et l’auteur du dossier « Les enfants dans la Shoah » pour Francetv Éducation (2012).
Il est l’auteur, entre autres, des ouvrages :

Terrorisme/Résistance. D’une confusion lexicale à l’époque des sociétés de masse (2014) et Somnambules et Terminators. Sur une crise civilisationnelle contemporaine (2016) publiés aux Éditions Le Bord de l’eau.
Son dernier livre Leçons de la Shoah est publié aux éditions Canopé (2018).

Ph. Gérard Rabinovitch©Pascal Amoyel

 

Nathalie Azoulai autour de son livre Les spectateurs

/ LES RENCONTRES DE LA CLOSERIE

Nathalie Azoulai autour de son livre Les spectateurs (POL, janvier 2018)
Mercredi 9 mai, 18h30
La Closerie, la médiathèque de l’Institut français de Tel Aviv

ob_573994_les-spectateursCe 27 novembre 1967, à 15 heures, le général de Gaulle donne une conférence retransmise en direct à la télévision. Pour beaucoup, c’est un banal discours évoquant des questions de politique étrangère. Pas pour cette famille, dont les visages inquiets se reflètent sur l’écran, pesant chaque mot prononcé par le « héros » qui a « sauvé la France ».

Car ils savent. Ils « savent que c’est déjà arrivé. Là-bas. Ils savent qu’un discours de chef d’État peut se transformer en quelques mois et sans qu’on y prenne garde, en mesures, en adieux et en valises remplies à la hâte ».

300 x 500Nathalie Azoulai est née en région parisienne. Après avoir suivi des études à l’École normale supérieure et y avoir été diplômée d’une agrégation en lettres modernes, elle se lance dans une carrière dans l’enseignement. Elle se réoriente ensuite vers le monde de l’édition et y occupe divers postes. .Nathalie vit et travaille à Paris.
Elle a reçu le prix Médicis en 2015 pour Titus n’aimait pas Bérénice. C’est son deuxième livre aux éditions P.O.L.

Ph. Azoulai Nathalie (c) Hélène Bamberg -P.O.L

 

 

Haim Saadoun : Représentations de l’holocauste au cinéma : quelles conséquences ?

/ CONFERENCE

Haim Saadoun : Représentations de l’holocauste au cinéma : quelles conséquences ?
Conférence illustrée par des projections de scènes tirées des films Casablanca (1942) et Alliés (2016)

Mercredi 25 avril, 19h30
Institut français de Tel Aviv
800 x 350

En choisissant comme étude de cas, le rôle du régime de Vichy en Afrique du Nord, Haïm Saadoun a choisi d’examiner la représentation de l’Holocauste dans les films: Casablanca (USA, 1942) et Alliés (USA, 2016).

Doit-on re-penser la question de la fiabilité historique, récurrente dans l’histoire du cinéma, à l’éclairage des poussées des négationnismes et les difficultés de les combattre, dans un environnement aujourd’hui plus complexe encore.

IMG_7520Haim Saadoun, historien à l’Université ouverte, est directeur du Centre de documentation sur l’histoire des juifs en Afrique du Nord pendant la seconde guerre mondiale à l’Institut de recherche Yad Ben-Tsvi de Jérusalem. Il est également directeur de publication de la collection « Les communautés juives au Moyen Orient au 19e et 20e siècle » publiée par l’Institut Yad Ben Tsvi. Son travail de précurseur a été couronné de nombreux prix. A paraître aux éditions Perrin, en collaboration avec Dan Michman, Les juifs d’Afrique d’Afrique du Nord face à l’Allemagne nazie.

En partenariat avec : 

MBZ blue copy

Face aux subjectivités de notre temps, quelle formation pour le psychanalyste aujourd’hui ? Enjeux cliniques et politiques

/ CONFERENCE

Hervé Castanet : Face aux subjectivités de notre temps, quelle   formation pour le psychanalyste aujourd’hui ?

Enjeux cliniques et politiques
Jeudi 26 avril 2018, 19h30
Institut français de Tel Aviv

Soirée organisée par le GIEP (Société Israélienne de Psychanalyse de la Nouvelle ‘Ecole Lacanienne) en partenariat avec l’Institut Français d’Israël.

Capture d’écran 2018-04-10 à 14.48.17 copieHervé Castanet est auteur d’une vingtaine d’ouvrages de psychanalyse sur la clinique de l’homosexualité, de la psychose, de la perversion et des nouages de l’art, la littérature et la psychanalyse.

Il dirige également de nombreux ouvrages collectifs pour penser la clinique autrement, notamment à partir du dernier enseignement de Lacan.

Par ailleurs, Il est fondateur et directeur de la revue Il Particolare, qui publie de la poésie, des textes sur l’art et des articles de théorie critique. Il est coordinateur de la Section clinique d’Aix-Marseille (dispositif d’enseignement clinique sous les auspices du Département de psychanalyse, Université Paris VIII), et directeur du Centre psychanalytique de consultation et traitement Marseille-Aubagne.

Hervé Castanet nous entretiendra de la formation du psychanalyste de nos jours, et de sa place dans la Cité.

Hervé Castanet animera également une conférence en français sur le thème “Recrudescence des attentats en France au nom de la religion comme expression d’un malaise contemporain. Qu’en dit la psychanalyse ?” le mardi 24 avril de 18h à 19h30 dans le cadre du Forum de culture française de l’Université de Tel Aviv. En savoir plus

Shimon Peres, l’artisan de l’amitié franco-israélienne

/ RENCONTRE AVEC UN AUTEUR

Tsvia Walden : Shimon Peres, l’artisan de l’amitié franco-israélienne
La fille de Shimon Peres, Tsvia Walden revient sur le livre-testament de son père Aucun rêve n’est impossible (Ed. Baker Street, novembre 2017)
Mardi 10 avril, 19h30
Institut français de Tel Aviv, Rothschild 7

Aucun-reve-n-est-impoible 326 x 466“Il ne savait pas que c’était impossible, alors il l’a fait”. Cette phrase de l’écrivain américain Mark Twain résume l’idée du livre posthume de l’ancien Président de l’Etat d’Israël, Shimon Peres, Aucun rêve n’est impossible. Le livre est aujourd’hui présenté par sa fille, Tsvia Walden, invitée de l’Institut français. L’occasion de revenir avec elle sur la relation durable que Shimon Peres a réussi à bâtir entre la France et Israël.

Shimon Peres, dans un souci de transmission aux générations futures, l’année précédant sa disparition, a choisi de raconter six épisodes marquants de son impressionnante longévité politique au service de son pays.

“N’oublies pas que tu es juif” ces derniers mots du grand père laissé sur le quai de gare du petit village polonais, au petit fils de onze ans qui s’embarque vers “la terre promise à son peuple”, est un éclairage précieux sur le parcours du futur Président de l’Etat d’Israël.
Le destin s’emballe très vite pour celui qui aura appris à cultiver la terre et garder les moutons puisque remarqué par David Ben Gurion, il en deviendra l’un des plus jeunes conseillers.
Tout au long des épisodes sélectionnés – illustrant le combat physique et moral de l’homme politique et de l’homme tout simplement – on lit l’engagement à faire d’Israël une puissance militaire, nucléaire et enfin technologique. On voit aussi se dessiner un esprit visionnaire doté, outre d’une obstination hors du commun, d’un sens intuitif exceptionnel quand il décide, contre l’avis de tous, de se tourner vers la France.
“Une alliance avec la France était mon rêve impossible et je l’ai poursuivi”, dira Shimon Peres.
“Ils voyaient en moi une autre version d’eux-mêmes et à partir de là, un lien indescriptible s’est formé entre eux et moi”

La rencontre avec Tsvia Walden autour du livre de son père permettra d’éclairer les étapes d’un parcours hors du commun.