/ RECHERCHE

Colloque franco-israélien de Génomique :  Des chercheurs français à la rencontre de potentiels partenaires israéliens à Tel-Aviv

Chaque année, le Programme Hubert Curien (PHC) MAIMONIDE finance des programmes de recherche bilatéraux franco-israéliens autour de deux thématiques préalablement choisies par un comité d’experts – le Haut Conseil franco-israélien pour la science et la Technologie (HCST). Pour les années 2018 et 2019, l’une des thématiques choisies est la génomique. 

dna-163466

L’hélice ADN ©DR

La génomique, discipline de la biologie moderne qui étudie le fonctionnement des organismes au travers de leurs patrimoines génétiques, a récemment beaucoup progressé grâce au développement de l’outil informatique. Dans nos gènes étant inscrites nos caractéristiques immunitaires et notre résistance aux maladies infectieuses, leur étude pourrait nous permettre de comprendre comment notre corps réagit pour s’en prémunir et quelle différence de réactions il pourrait y avoir entre les populations. Enfin, identifier un gène cible pour augmenter la résistance à telle ou telle infection sans chambouler l’ensemble de notre métabolisme est le début de la conception d’un nouveau traitement. C’est ce types d’études qui se cache derrière la longue thématique « Modélisation information de la génomique fonctionnelle et évolutive des maladies infectieuses » qui a fait l’objet d’un colloque scientifique franco-israélien le 27 avril à l’Université de Tel-Aviv.

Pour cette occasion, le service de coopération universitaire et scientifique de l’Institut français d’Israël a eu le privilège, en coopération avec le Ministère israélien de la Science, de la Technologie et de l’espace (MOST), d’inviter cinq chercheurs français d’universités et d’instituts renommés : l’Institut Pasteur, l’Université Pierre et Marie Curie et le Centre National de Arts et Métiers (CNAM). Leurs 7 collègues israéliens – également affiliés à diverses grandes universités du pays : le Technion, l’Université Bar-Ilan, l’Université de Tel-Aviv, l’Institut Weizmann et l’Université Ben-Gourion du Néguev – ont eux-aussi présenté leurs plus récentes études. L’objectif du colloque : créer entre les chercheurs invités des opportunités de collaboration entre la France et Israël dans le domaine d’expertise concerné.

Les présentations couvraient des sujets suffisamment variés pour donner une bonne idée du spectre de l’ensemble de la thématique, du côté français comme du côté israélien : en partant d’études de variations génétiques sur l’ensemble du système immunitaire chez différentes populations humaines, à l’étude plus particulière de la résistance à plusieurs pathologies d’importance. Notamment, des résultats ont été présentés sur le cancer, la grippe, le paludisme, l’herpès et le SIDA, qui représentent des causes importantes voire majeures de mortalité.

Toutes les conditions ont été réunies pour donner aux chercheurs français et israéliens l’envie de travailler ensemble. Cet été, l’appel à projet PHC MAIMONIDE sera lancé : il financera à partir de janvier 2018 des collaborations bilatérales permettant à 6 équipes de recherche composées de chercheurs de France et d’Israël de bénéficier de 80,000€ par an pendant deux ans pour leur projet et mobilité.

Enfin, les chercheurs français, qui pour la plupart découvraient Israël pour la première fois, ont été invités le lendemain à découvrir le Nord d’Israël, notamment la région du lac de Tibériade ainsi que la ville de saint Jean d’Acre – dans le but bien sûr de leur donner l’envie d’y revenir !

Colloque Génomique

Alexandre Superville, chargé de mission coopération Scientifique à l’ambassade de France en Israël, ouvre le colloque « Modélisation information de la génomique fonctionnelle et évolutive des maladies infectieuses » le 27 avril 2017 à la Faculté de Médecine de l’Université de Tel-Aviv ©Claire Levaton, MOST