img_7636_m

Les chercheurs lauréats et les experts français dans le jardin botanique du kibboutz Ein Gedi, à la mer Morte, avant d’assister à une série de présentations dans son centre de recherche et développement. © Alexandre Superville

Le 9 novembre 2016 à Jérusalem se sont déroulés simultanément deux colloques scientifiques franco-israéliens, co-organisés par l’Institut français d’Israël et le ministère israélien de la science, de la technologie et de l’espace (MOST). Ils couvraient chacun une des thématiques stratégiques désignées dans le cadre du Programme Hubert Curien (PHC) MAIMONIDE : « Agriculture sous Stress » et « Médecine personnalisée ».

En effet, chaque année, le PHC MAIMONIDE finance des programmes de recherche bilatéraux franco-israéliens de 2 ans à hauteur de 80 000 € par an et par projet, soit 960 000 € par an pour l’ensemble du programme, autour de deux thématiques préalablement choisies par le Haut Conseil franco-israélien pour la Science et la Technologie (HCST).

L’objectif des colloques du 9 novembre dernier était de présenter les résultats de ces projets bilatéraux. Cette année, l’ouverture au public scientifique israélien et la mise en place d’une session supplémentaire où des chercheurs des deux pays ont pu présenter d’autres travaux sur ces deux thématiques ont permis d’encourager davantage la collaboration franco-israélienne sur ces sujets.

Douze chercheurs français des six équipes de recherches lauréates ont ainsi fait le déplacement pour participer aux colloques :

Pour le colloque « Médecine Personnalisée » :

  • Le Professeur Daniel Aberdam, directeur d’un laboratoire INSERM de recherche sur les pathologies et les cellules souches de la peau à l’hôpital Saint Louis à Paris (SkinStemDev lab), a présenté avec son homologue israélien du Technion, le Ruby Shalom-Feuerstein, un projet testant un traitement pharmaceutique spécifique au patient d’une pathologie dermatologique : la dysplasie ectodermale.
  • Le Nathalie Cassoux, accompagnée de sa collaboratrice Fariba Némati, de l’Institut Curie à Paris, a présenté une étude envisageant les possibilités de traiter le mélanome (cancer de la peau) par une combinaison de plusieurs traitements adaptée au patient, avec son collègue israélien Shahar Frenkel de l’Université Hébraïque de Jérusalem.
  • Le Karine Clément, directrice du nouvel Institut de Cardio-métabolisme et Nutrition (ICAN) de la Pitié-Salpétrière à Paris, et Judith Aron Wisnewski, ainsi que le Prof. Assaf Rudich de l’Université Ben Gourion du Neguev, ont présenté la capacité d’une chirurgie personnalisée – adaptée au profil métabolique du patient – destinée à prévenir le développement de l’obésité et à réduire le diabète.

Pour le colloque « Agriculture sous Stress » :

Ils ont pu échanger sur leurs sujets de recherche avec de nombreux chercheurs israéliens venus des différentes universités du pays – une cinquantaine de participants en tout.

Les français ont également pu profiter d’une visite scientifique : ils ont découvert Arava, un centre de recherche appliquée implanté au cœur du désert, supportant directement les fermiers et jardiniers de la région, affilié à l’Université Ben Gourion du Néguev, et assisté à des présentations couvrant leurs deux sujets. La journée s’est terminée par une visite du moshav – une communauté coopérative agricole – Neot HaKikar, où les français ont pu voir à l’œuvre le système d’irrigation goutte à goutte qui a permis de faire « fleurir le désert » – et fait toujours la fierté des agronomes israéliens.

 

Les experts ont souligné l’excellence scientifique des projets présentés et le succès des collaborations – qui ont vocation à être poursuivies, notamment pour certaines par une demande de financement Européens Horizon 2020. Ces financements importants et pérennes permettent en effet de sceller les coopérations.

 

Quelques photos de l’évènement :