dan-david-prize

Dimanche 21 Mai à l’Université de Tel Aviv, les professeurs Arlette Farge et François Bourguignon ont été récipiendaires du prix Dan David, qui consacre des travaux porteurs d’innovation dans la sphère scientifique, technologique et culturelle.

Le Prix Dan David, initié par le philanthrope Dan David (1929-2011) est adossé à la Fondation Dan David et à l’Université de Tel Aviv et vise à encourager la recherche innovante et interdisciplinaire. Il est structuré en trois volets, « Passé », « Présent », « Futur », selon que le travail de recherche ait contribué à mieux faire connaître nos origines, à mieux façonner notre présent ou à préparer les conditions de l’avenir. Trois prix, dotés d’un million de dollars chacun, sont décernés. Les récipiendaires s’engagent à donner 10 % de leur prix à de jeunes chercheurs travaillant dans leur champ d’études respectifs, afin de tisser les liens d’une communauté de la connaissance et faire émerger de jeunes talents.

Cette année, le volet « Passé » est dédié aux nouveaux champs de l’Histoire sociale. Ce sont les professeures Inga Clendinnen (Australie) et Arlette Farge (France) qui ont été distinguées et se partagent donc la dotation. Arlette Farge est une historienne française, spécialisée dans l’étude du XVIIIe siècle, directrice de recherche au CNRS et rattachée à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Elle a particulièrement travaillé sur l’histoire urbaine, l’histoire sociale et a fait partie du « groupe d’histoire des femmes » qui visait à mettre en lumière le féminin dans l’étude historique. Ses travaux ont souvent porté sur la pauvreté, la criminalité, l’enfance, l’artisanat.

Le volet « Présent » était cette année consacré aux nouveaux enjeux de la lutte contre la pauvreté. Ce sont les professeurs Sir Anthony Atkinson (Grande-Bretagne), François Bourguignon (France) et James Heckman (Etats-Unis) qui ont été récompensés. François Bourguignon est directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Il est l’ancien directeur de l’École d’économie de Paris après avoir été économiste en chef et premier vice-président de la Banque mondiale à Washington entre 2003 et 2007.  Ses travaux portent principalement sur la distribution, la redistribution des revenus et la pauvreté dans les pays développés, les pays en voie de développement et dans la population mondiale. Il a été durant plusieurs années le rédacteur en chef de l’European Economic Review, puis de la World Bank Economic Review. À la Banque mondiale, il a supervisé en 2006 le rapport sur développement mondial de la Banque centré sur l’équité.

Le volet « Futur », dédié cette année aux nanosciences, a quant à lui récompensé les professeurs Paul Alivisatos (Etats-Unis), Chad Mirkin (Etats-Unis) et Sir John Pendry (Grande-Bretagne).

 http://www.dandavidprize.org/about/about-the-prize