La « loi pour la protection du livre et des auteurs » a été adoptée par la Knesset

Mercredi 31 juillet, la Knesset a adopté avec une écrasante majorité – 45 voix contre 3 – la « loi pour la protection du livre et des auteurs ».

Longtemps dénommée par les professionnels du livre et par les médias comme « La loi française » comme l’a rappelée Limor Livnat, Ministre israélien de la Culture, dans son discours prononcé le 31 juillet, cette loi est le fruit d’un long travail initié en 2005. « Jour historique pour la culture et la littérature israélienne » selon le Député Nitzan Horowitz, porteur du premier projet déposé avec l’ancien député Zebulon Orlev en 2009. La loi israélienne est directement inspirée de la loi Lang, initiée en France en 1981, fixant un prix unique du livre pendant la période dite « de protection » – 2 ans en France, 18 mois en Israël – ce qui permettra aux livres, même les plus confidentiels ou spécialisés, d’émerger des rayonnages des libraires. La loi israélienne inscrit également un revenu minimum de droits d’auteur pour les auteurs israéliens. Cette loi va permettre au grand public d’accéder à des œuvres qui n’arrivait pas jusqu’à eux au préalable pour des raisons économiques. Le sens de la loi, c’est de redonner au livre sa valeur de produit culturel et pas seulement économique, une différenciation clairement établie par Limor Livnat lors de son intervention.

L’Ambassade de France et l’Institut français d’Israël sont heureux d’avoir activement participé à la promulgation de cette loi en permettant à loi Lang de servir d’inspiration à celle promulguée le 31 juillet par La Knesset. Ayant à cœur de diffuser auprès du public israélien la richesse et la diversité de la littérature française et soucieuse de protéger la création littéraire – les auteurs mais aussi les éditeurs et les distributeurs – quel qu’en soit sa nationalité, l’Ambassade de France et l’Institut français d’Israël ont véritablement souhaité ici partager leur expertise, l’industrie du livre étant en France la première industrie culturelle, bien devant l’industrie du cinéma.

Le processus qui a rendu possible l’adoption de la loi pour la protection du livre et des auteurs fut une véritable gageure, un projet initié et porté dès le début par Roselyne Déry, Attachée pour le Livre et l’Ecrit près l’Ambassade de France et qui a impliqué le Ministère de la Culture, le Bureau International de l’édition française, le Syndicat National des Editeurs, le Centre National du Livre, le Ministère des Affaires étrangères, et de nombreux éditeurs dont les éditions POL et les éditions Gallimard.

auteur création littéraire libraires litterature livres Loi sur le livre prix unique