/ RENCONTRE AVEC UN AUTEUR

Michal Hausser-Gans : Treblinka 1942-1943
Ed. Calmann-Levy 2019

Jeudi 20 février 2020 à 19h30
Institut français de Haïfa

treblinka 1942-1943 3

«  Auschwitz ce n’était rien [après Treblinka], Auschwitz c’était un camp de vacances.  »

Ainsi s’exprimait Hershl Sperling, l’un des très rares survivants du plus effroyable centre de mise à mort de l’Aktion Reinhard. Son propos peut sembler sacrilège au lecteur peu informé de la réalité de Treblinka. En effet si le nom de ce site est connu, son histoire, comme celle de Belzec et de Sobibor, l’est beaucoup moins, les nazis ayant pris grand soin d’effacer les traces de leur entreprise barbare, de liquider les derniers témoins et de raser les vestiges qu’ils abandonnaient. D’où le défi que pose cette «  impossibilité de rendre compte  ». Ainsi, dès 1943, le site de Treblinka avait-il déjà repris l’aspect d’une exploitation agricole.

Cette étude exhaustive permet pour la première fois de rendre accessible à un large public la confrontation avec «  le pire du pire  » et avec ce cheminement vers l’horreur que l’Europe échoua si longtemps à déchiffrer.

michal gans4Michal Hausser-Gans est historienne et a longtemps travaillé pour le Beit Lohamei Haghetaot (Musée des Combattants des ghettos) en Israël. Ses recherches sont  notamment axées sur la survie dans les ghettos autour de figures emblématiques (Janus Korczak etc…), sur le sort des enfants et la transmission. Elle est également chercheur attachée à Yad Vashem.

Pour ce livre, elle s’est penchée sur des sources nombreuses et variées pour décrire non seulement les grandes étapes de l’existence de ce camp, les transformations qu’il a subies, dans une optique d’amélioration de l’efficacité de la machine de mort (des chambres à gaz jusqu’à la disparition complète des corps) mais aussi le quotidien des “brigades” juives chargées d’assurer son bon fonctionnement. Le témoignage des très rares personnes qui ont survécu sert de matière pour nous faire percevoir la déshumanisation absolue qui régnait.

Etrangement, peu d’études en français ont été jusqu’ici consacrées à ce camp.
Cet ouvrage ouvre donc un nouveau pan de recherche. Il est issu de la thèse soutenue par Michal Hausser-Gans en 2016 à l’Université de Strasbourg.

  • icon-reservationPRATIQUE
    Michal Hausser-Gans : Tréblinka 1942-1943
    Jeudi 20 février 2020 à 19h30
    Institut français de Haïfa
    37 Rue Hagefen

  • Conférence en français
    Réservation obligatoire par téléphone
    T. 04 831 23 33
    Ou par email

  • Tous les évènements Cliquez ICI